Chargement en cours...
Déplacez-moi

Code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre

 
 
Partie réglementaire (nouvelle)

ANNEXES AU CODE DES PENSIONS MILITAIRES D'INVALIDITÉ ET DES VICTIMES DE GUERRE

Article Annexe 1
 
TABLEAUX DES INDICES APPLICABLES AUX PENSIONS SELON LE GRADE DU PENSIONNÉ
I. - Pensions d'invalidité
Tableau 1 :

ASPIRANTS, SOUS-OFFICIERS, SOUS-OFFICIERS MARINIERS ET MILITAIRES DU RANG (*)






GRADE


TAUX D'INVALIDITÉ




10%


15%


20%


25%


30%


35%


40%


45%


50%


55%




Aspirant


50,9


76,4


101,8


127,3


153,9


179,5


205,1


230,8


256,4


282,1




Major


56,4


84,4


112,6


140,8


172,1


200,8


229,4


258,1


286,7


315,4




Adjudant-chef ou maître principal


55,9


83,7


111,7


139,6


170,5


199,0


227,3


255,8


284,1


312,5




Adjudant ou premier maître


51,6


77,4


103,1


129,0


156,1


182,2


208,1


234,2


260,1


286,2




Sergent-major ou maître (avant le 1er janvier 1976)


50,6


75,9


101,3


126,6


152,9


178,4


203,8


229,3


254,8


280,3




Sergent-chef ou maître (à/c du 1er janvier 1976) ou second maître de 1ère classe (avant le 1er janvier 1976)


50,1


75,2


100,2


125,3


151,1


176,4


201,5


226,8


251,9


277,1




Gendarme


50,0


75,1


100,0


125,0


150,8


176,0


201,0


226,2


251,3


276,4




Sergent ou second maître (à/c du 1er janvier 1976) ou second maître de 2ème classe (avant le 1er janvier 1976)


49,5


74,2


98,9


123,6


148,9


173,8


198,6


223,4


248,2


273,0




Caporal-chef ou quartier-maître de 1ère classe


48,9


73,2


97,7


122,1


146,9


171,3


195,8


220,3


244,8


269,2




Caporal ou quartier-maître de 2ème classe


48,2


72,4


96,4


120,6


144,7


168,9


193,0


217,2


241,2


265,4




Soldat ou matelot


48,0


72,0


96,0


120,0


144,0


168,0


192,0


216,0


240,0


264,0










GRADE


TAUX D'INVALIDITÉ




60%


65%


70%


75%


80%


85%


90%


95%


100%




Aspirant


307,7


333,4


359,1


384,7


410,4


389,0


397,7


401,3


404,9




Major


344,1


372,9


401,6


430,3


459,1


440,6


452,6


459,0


465,6




Adjudant-chef ou maître principal


341,0


369,5


398,0


426,4


454,9


436,2


447,9


454,1


460,4




Adjudant


312,2


338,2


364,2


390,3


416,3


395,3


404,4


408,4


412,3




Sergent-major ou maître (avant le 1er janvier 1976)


305,8


331,3


356,8


382,3


407,8


386,2


394,7


398,2


401,6




Sergent-chef ou maître (à/c du 1er janvier 1976) ou second maître de 1ère classe (avant le 1er janvier 1976)


302,3


327,5


352,7


378,0


403,1


381,3


389,5


392,7


395,8




Gendarme


301,6


326,7


351,9


377,1


402,2


380,3


388,4


391,5


394,6




Sergent ou second maître (à/c du 1er janvier 1976) ou second maître de 2ème classe (avant le 1er janvier 1976)


297,9


322,7


347,5


372,4


397,2


375,0


382,9


385,6


388,4




Caporal-chef ou quartier-maître de 1ère classe


293,7


318,2


342,7


367,1


391,6


369,1


376,6


379,0


381,5




Caporal ou quartier-maître de 2ème classe


289,5


313,6


337,7


361,9


386,0


363,1


370,2


372,4


374,5




Soldat ou matelot


288,0


312,0


336,0


360,0


384,0


361,0


368,0


370,0


372,0




ASSIMILATION :

Elève gendarme : Caporal-chef

Tableau 2 :

OFFICIERS DES ARMÉES DE TERRE, DE L'AIR ET DE LA MARINE






GRADE


ÉCHELON


TAUX D'INVALIDITÉ




10 %


15 %


20 %


25 %


30 %


35 %


40 %


45 %


50 %


55 %




Général de division

Vice-amiral


2


122,4


183,6


244,8


305,9


395,5


462,0


526,7


593,2


657,9


724,4




1


113,6


170,4


227,3


284,1


365,9


427,4


487,3


548,8


608,8


670,3




Général de brigade

Contre-amiral


2


104,9


157,3


209,8


262,2


336,3


392,8


447,9


504,4


559,6


616,1




1


98,3


147,5


196,6


245,8


314,1


366,9


418,4


471,2


522,7


575,5




Colonel

Capitaine de vaisseau


2 et exceptionnel


91,8


137,6


183,5


229,4


291,9


340,9


388,9


437,9


485,8


534,8




1


85,9


128,9


171,8


214,8


272,2


317,9


362,6


408,3


453,1


498,7




Lieutenant-colonel

Capitaine de frégate


2, 3 et spécial


80,1


120,1


160,2


200,2


252,5


294,8


336,4


378,7


420,3


462,6




1


78,3


117,4


156,5


195,7


246,3


287,6


328,2


369 1 ,5


410,0


451,4




Commandant

Capitaine de corvette


2 et 3


76,1


114,1


152,1


190,2


238,9


279,0


318,3


358,4


397,7


437,8




1


72,4


108,7


144,9


181,1


226,6


264,6


301,9


339,9


377,3


415,3




Capitaine

Lieutenant de vaisseau


4 et spécial


68,1


102,1


136,1


170,2


211,8


247,3


282,2


317,7


352,7


388,2




3


66,2


99,3


132,5


165,6


205,6


240,0


274,0


308,4


342,4


376,8




2


64,4


96,6


128,8


161,1


199,5


232,9


265,8


299,2


332,2


365,6




1


62,6


93,9


125,2


156,5


193,3


225,6


257,6


290,0


321,9


354,3




Lieutenant

Enseigne de vaisseau

de 1ère classe


4 et 5


61,1


91,7


122,3


152,8


188,4


219,9


251,1


282,6


313,8


345,3




3


59,7


89,5


119,3


149,2


183,4


214,1


244,5


275,2


305,6


336,2




2


58,6


87,9


117,1


146,5


179,7


209,8


239,6


269,7


299,4


329,5




1


57,1


85,7


114,2


142,8


174,8


204,1


233,0


262,3


291,2


320,5




Sous-lieutenant

Enseigne de vaisseau

de 2ème classe


3


57,0


85,6


114,1


142,6


174,6


203,7


232,7


261,9


290,8


320,0




2


56,8


85,1


113,5


141,9


173,6


202,6


231,4


260,4


289,2


318,2




1


52,4


78,6


104,8


130,9


158,8


185,3


211,7


238,2


264,6


291,1










GRADE


ÉCHELON


TAUX D'INVALIDITÉ




60 %


65 %


70 %


75 %


80 %


85 %


90 %


95 %


100 %




Général de division

Vice-amiral


2


790,9


857,4


923,9


990,4


1 056,9


1 074,4


1 125,9


1 167,7


1 210,8




1


731,8


793,3


854,8


916,3


977,8


990,4


1 036,7


1 073,9


1 112,1




Général de brigade

Contre-amiral


2


672,6


729,1


785,6


842,1


898,6


906,5


947,6


980,0


1 013,4




1


628,2


681,0


733,7


786,5


839,2


843,6


880,7


909,6


939,4




Colonel

Capitaine de vaisseau


2 et exceptionnel


583,8


632,8


681,8


730,8


779,8


780,6


813,8


839,3


865,4




1


544,4


590,1


635,7


681,4


727,1


724,7


754,4


776,7


799,6




Lieutenant-colonel

Capitaine de frégate


2, 3 et spécial


504,9


547,3


589,6


631,9


674,3


668,7


694,9


714,1


733,8




1


492,6


534,0


575,2


616,5


657,8


651,3


676,3


694,6


713,3




Commandant

Capitaine de corvette


2 et 3


477,8


517,9


557,9


598,0


638,0


630,3


654,1


671,1


688,6




1


453,2


491,2


529,1


567,1


605,0


595,3


616,9


632,0


647,5




Capitaine

Lieutenant de vaisseau


4 et spécial


423,6


459,1


494,5


530,0


565,4


553,4


572,3


585,1


598,2




3


411,3


445,7


480,1


514,5


548,9


535,8


553,8


565,5


577,6




2


398,9


432,4


465,7


499,1


532,4


518,4


535,2


546,0


557,0




1


386,6


418,9


451,3


483,6


515,9


500,9


516,6


526,4


536,5




Lieutenant

Enseigne de vaisseau

de 1ère classe


4 et 5


376,8


408,3


439,8


471,3


502,8


486,9


501,7


510,8


520,0




3


366,9


397,6


428,2


458,9


489,6


472,9


486,9


495,1


503,6




2


359,5


389,6


419,6


449,7


479,7


462,5


475,7


483,4


491,2




1


349,6


378,9


408,0


437,3


466,5


448,5


460,9


467,8


474,8




Sous-lieutenant

Enseigne de vaisseau

de 2ème classe


3


349,1


378,3


407,5


436,6


465,8


447,7


460,1


467,0


474,0




2


347,2


376,2


405,2


434,2


463,2


444,9


457,2


463,8


470,7




1


317,6


344,1


370,6


397,1


423,6


403,0


412,6


416,9


421,3




Tableau 3 :

OFFICIERS DES ÉQUIPAGES DE LA FLOTTE






GRADE


ÉCHELON


TAUX D'INVALIDITÉ




10 %


15 %


20 %


25 %


30 %


35 %


40 %


45 %


50 %


55 %




Officier principal

des équipages


2


76,1


114,1


152,1


190,2


238,9


279,0


318,3


358,4


397,7


437,8




1


72,4


108,7


144,9


181,1


226,6


264,6


301,9


339,9


377,3


415,3




Officier 1ère classe équipages



66,2


99,3


132,5


165,6


205,6


240,0


274,0


308,4


342,4


376,8




Officier 2ème classe équipages



64,4


96,6


128,8


161,1


199,5


232,9


265,8


299,2


332,2


365,6




Officier 3ème classe équipages



61,1


91,7


122,3


152,8


188,4


219,9


251,1


282,6


313,8


345,3










GRADE


ÉCHELON


TAUX D'INVALIDITÉ




60 %


65 %


70 %


75 %


80 %


85 %


90 %


95 %


100 %




Officier principal

des équipages


2


477,8


517,9


557,9


598,0


638,0


630,3


654,1


671,1


688,6




1


453,2


491,2


529,1


567,1


605,0


595,3


616,9


632,0


647,5




Officier 1ère classe équipages



411,3


445,7


480,1


514,5


548,9


535,8


553,8


565,5


577,6




Officier 2ème classe équipages



398,9


432,4


465,7


499,1


532,4


518,4


535,2


546,0


557,0




Officier 3ème classe équipages



376,8


408,3


439,8


471,3


502,8


486,9


501,7


510,8


520,0




Tableau 4 :

CORPS MILITAIRE DU CONTRÔLE GÉNÉRAL DES ARMÉES








GRADE




ÉCHELON




TAUX D'INVALIDITÉ






10 %




15 %




20 %




25 %




30 %




35 %




40 %




45 %




50 %




55 %






Contrôleur général




2, 3 et exceptionnel




122,4




183,6




244,8




305,9




395,5




462,0




526,7




593,2




657,9




724,4






1




104,9




157,3




209,8




262,2




336,3




392,8




447,9




504,4




559,6




616,1






Contrôleur




1, 2 et 3




91,8




137,6




183,5




229,4




291,9




340,9




388,9




437,9




485,8




534,8






Contrôleur adjoint




2 et 3




91,8




137,6




183,5




229,4




291,9




340,9




388,9




437,9




485,8




534,8






1




80,1




120,1




160,2




200,2




252,5




294,8




336,4




378,7




420,3




462,6










GRADE


ÉCHELON


TAUX D'INVALIDITÉ




60 %


65 %


70 %


75 %


80 %


85 %


90 %


95 %


100 %




Contrôleur général


2, 3 et exceptionnel


790,9


857,4


923,9


990,4


1056,9


1074,4


1125,9


1167,7


1210,8




1


672,6


729,1


785,6


842,1


898,6


906,5


947,6


980,0


1013,4




Contrôleur


1, 2 et 3


583,8


632,8


681,8


730,8


779,8


780,6


813,8


839,3


865,4




Contrôleur adjoint


2 et 3


583,8


632,8


681,8


730,8


779,8


780,6


813,8


839,3


865,4




1


504,9


547,3


589,6


631,9


674,3


668,7


694,9


714,1


733,8




II. - Pensions de conjoint ou partenaire survivant et d'orphelins
Tableau 1 :

AYANTS CAUSE DES ASPIRANTS, SOUS-OFFICIERS, SOUS-OFFICIERS MARINIERS ET MILITAIRES DU RANG (*)






GRADE


TAUX SIMPLE


TAUX NORMAL




Aspirant


360,7


541,1




Major


382,5


573,7




Adjudant-chef ou maître principal


379,9


569,9




Adjudant


367,7


551,6




Sergent-major ou maître (avant le 1er janvier 1976)


360,7


541,1




Sergent-chef ou maître (à/c du 1er janvier 1976) ou second maître de 1re classe (avant le 1er janvier 1976)


358,5


537,8




Gendarme


357,8


536,8




Sergent ou second maître (à/c du 1er janvier 1976) ou second maître de 2e classe (avant le 1er janvier 1976)


356,3


534,5




Caporal-chef ou quartier-maître de 1ère classe


339,1


508,7




Caporal ou quartier-maître de 2e classe


335,1


502,7




Soldat ou matelot


333


500




Tableau 2 :

AYANTS CAUSE DES OFFICIERS DES ARMÉES DE TERRE, DE L'AIR ET DE LA MARINE






GRADE


ÉCHELON


TAUX SIMPLE


TAUX NORMAL




Général de division

Vice-amiral


2


770,9


1156,4




1


719,3


1079




Général de brigade

Contre-amiral


2


666,9


1000,4




1


629,5


944,3




Colonel

Capitaine de vaisseau


2 et exceptionnel


589,1


883,7




1


555,7


833,6




Lieutenant-colonel

Capitaine de frégate


2, 3 et spécial


521,3


782




1


511,3


767




Commandant

Capitaine de corvette


2 et 3


499,1


748,7




1


477,9


716,9




Capitaine

Lieutenant de vaisseau


4 et spécial


453,7


680,6




3


440,5


660,8




2


430,3


645,5




1


420,3


630,5




Lieutenant

Enseigne de vaisseau

de 1ère classe


4 et 5


411,1


616,7




3


401,1


601,7




2


398,1


597,2




1


386,9


580,4




Sous-lieutenant

Enseigne de vaisseau

de 2ème classe


3


385,9


578,9




2


384,9


577,4




1


362,7


544,1




Tableau 3 :

AYANTS CAUSE DES OFFICIERS DES ÉQUIPAGES DE LA FLOTTE






GRADE


ÉCHELON


TAUX SIMPLE


TAUX NORMAL




Officier principal des équipages


2


499,1


748,7




1


477,9


716,9




Officier 1ère classe des équipages



440,5


660,8




Officier 2ème classe des équipages



430,3


645,5




Officier 3ème classe des équipages



411,1


616,7




Tableau 4 :

AYANTS CAUSE DES MEMBRES DU CORPS MILITAIRE DU CONTRÔLE GÉNÉRAL DES ARMÉES






GRADE


ÉCHELON


TAUX SIMPLE


TAUX NORMAL




Contrôleur général


2, 3 et exceptionnel


770,9


1156,4




1


666,9


1000,4




Contrôleur


1, 2 et 3


589,1


883,7




Contrôleur adjoint


2 et 3


589,1


883,7




1


521,3


782




III. - Assimilations - personnels du service de santé des armées
Tableau 1 : PRATICIENS DU SERVICE DE SANTÉ DES ARMÉES






GRADE DES PRATICIENS

du service de santé des armées


ÉCHELONS


ASSIMILATION AUX GRADES

de la hiérarchie militaire générale




Médecin chef des services hors classe

Pharmacien chef des services hors classe

Vétérinaire chef des services hors classe

Chirurgien-dentiste chef des services hors classe



Général de division




Médecin chef des services de classe normale

Pharmacien chef des services de classe normale

Vétérinaire chef des services de classe normale

Chirurgien-dentiste chef des services de classe normale



Général de brigade




Médecin en chef

Pharmacien en chef

Vétérinaire en chef

Chirurgien-dentiste en chef


Echelon exceptionnel

4ème et 5e échelon


Colonel




Médecin en chef

Pharmacien en chef

Vétérinaire en chef

Chirurgien-dentiste en chef


1er, 2e et 3e échelon


Lieutenant-colonel




Médecin principal

Pharmacien principal

Vétérinaire principal

Chirurgien-dentiste principal



Commandant




Médecin

Pharmacien

Vétérinaire

Chirurgien-dentiste



Capitaine




Interne



Lieutenant




Elève médecin

Elève pharmacien

Elève chirurgien-dentiste


A partir de la 2e année d'études


Aspirant




Elève vétérinaire


A partir de la 1re année d'études


Aspirant




Elève médecin,

Elève pharmacien

Elève chirurgien-dentiste


1re année d'études


Sergent




Tableau 2 : MILITAIRES, INFIRMIERS ET TECHNICIENS DES HÔPITAUX DES ARMÉES





GRADES DES MILITAIRES, INFIRMIERS

et techniciens des hôpitaux des armées


ÉCHELONS


GRADE DE RÉFÉRENCE

de la hiérarchie militaire générale




Directeur des soins hors classe


A partir du 8e échelon


Colonel




Directeur des soins hors classe


A partir du 1er et jusqu'au 7e échelon inclus


Lieutenant-colonel




Directeur des soins de classe normale


A partir du 8e échelon




Cadre supérieur de santé paramédical


A partir du 7e échelon




Psychologue hors classe


A partir du 6e échelon




Sage-femme cadre supérieur


A partir du 2e échelon




Sage-femme cadre


A partir du 6e échelon




Directeur des soins de classe normale


A partir du 1er et jusqu'au 7e échelon inclus


Commandant




Cadre supérieur de santé paramédical


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus




Cadre de santé paramédical


A partir du 7e échelon




Psychologue hors classe


A partir du 1er et jusqu'au 5e échelon inclus




Psychologue de classe normale


A partir du 9e échelon




Sage-femme cadre supérieur


Au 1er échelon




Sage-femme cadre


A partir du 4e et jusqu'au 5e échelon inclus




Cadre de santé paramédical


A partir du 4e et jusqu'au 6e échelon inclus


Capitaine




Psychologue de classe normale


A partir du 5e et jusqu'au 8e échelon inclus




Sage-femme cadre


A partir du 1er et jusqu'au 3e échelon inclus




Cadre de santé paramédical


A partir du 1er et jusqu'au 3e échelon inclus


Lieutenant









Assistant médico-administratif de classe exceptionnelle


A partir du 1er échelon


Major




Assistant médico-administratif de classe supérieure


A partir du 8e échelon




Assistant médico-administratif de classe normale


A partir du 11e échelon




Diététicien de classe supérieure


A partir du 1er échelon




Diététicien de classe normale


A partir du 7e échelon




Infirmier anesthésiste de classe supérieure (1)


A partir du 1er échelon




Infirmier anesthésiste de classe normale (1)


A partir du 4e échelon




Infirmier de bloc opératoire de classe supérieure (1)


A partir du 1er échelon




Infirmier de bloc opératoire de classe normale (1)


A partir du 5e échelon




Infirmier de classe supérieure (1)


A partir du 1er échelon




Infirmier de classe normale (1)


A partir du 7e échelon




Infirmier en soins généraux et spécialisés du 4e grade / Infirmier anesthésiste


A partir du 1er échelon




Infirmier en soins généraux et spécialisés du 3e grade / Infirmier anesthésiste


A partir du 1er échelon




Infirmier en soins généraux et spécialisés du 3e grade / Infirmier de bloc opératoire


A partir du 1er échelon




Infirmier en soins généraux et spécialisés du 3e grade / Puéricultrice


A partir du 1er échelon




Infirmier en soins généraux et spécialisés du 2e grade / Infirmier de bloc opératoire


A partir du 1er échelon




Infirmier en soins généraux et spécialisés du 2e grade / Puéricultrice


A partir du 1er échelon




Infirmier en soins généraux et spécialisés du 2e grade / Infirmier en soins généraux


A partir du 1er échelon




Infirmier en soins généraux et spécialisés du 1er grade / Infirmier en soins généraux


A partir du 6e échelon




Manipulateur d'électroradiologie médicale de classe supérieure


A partir du 1er échelon




Manipulateur d'électroradiologie médicale de classe normale


A partir du 7e échelon




Masseur-kinésithérapeute de classe supérieure


A partir du 1er échelon




Masseur-kinésithérapeute de classe normale


A partir du 7e échelon




Orthophoniste de classe supérieure (1)


A partir du 1er échelon




Orthophoniste de classe normale (1)


A partir du 7e échelon




Orthoptiste de classe supérieure (1)


A partir du 1er échelon




Orthoptiste de classe normale (1)


A partir du 7e échelon




Préparateur en pharmacie hospitalière de classe supérieure


A partir du 1er échelon




Préparateur en pharmacie hospitalière de classe normale


A partir du 7e échelon




Puéricultrice de classe supérieure (1)


A partir du 1er échelon




Puéricultrice de classe normale (1)


A partir du 5e échelon




Sage-femme de classe supérieure


A partir du 1er échelon




Sage-femme de classe normale


A partir du 1er échelon




Technicien de laboratoire de classe supérieure


A partir du 1er échelon




Technicien de laboratoire de classe normale


A partir du 7e échelon




Technicien supérieur hospitalier de 1e classe


A partir du 1er échelon




Technicien supérieur hospitalier de 2e classe


A partir du 8e échelon




Technicien hospitalier


A partir du 11e échelon




Assistant médico-administratif de classe supérieure


A partir du 1er et jusqu'au 7e échelon inclus


Adjudant-chef




Assistant médico-administratif de classe normale


A partir du 6eet jusqu'au 10e échelon inclus




Aide-soignant de classe exceptionnelle


A partir du 3e échelon




Aide-soignant de classe supérieure


A partir du 9e échelon




Diététicien de classe normale


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus




Infirmier anesthésiste de classe normale (1)


A partir du 1er et jusqu'au 3e échelon inclus




Infirmier de bloc opératoire de classe normale (1)


A partir du 1er et jusqu'au 4e échelon inclus




Infirmier de classe normale (1)


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus




Infirmier en soins généraux et spécialisés du 1er grade / Infirmier en soins généraux


A partir du 1er et jusqu'au 5e échelon inclus




Manipulateur en électroradiologie médicale de classe normale


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus




Masseur-kinésithérapeute de classe normale


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus




Orthophoniste de classe normale (1)


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus




Orthoptiste de classe normale (1)


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus




Préparateur en pharmacie hospitalière de classe normale


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus




Puéricultrice de classe normale (1)


A partir du 1er et jusqu'au 4e échelon inclus




Technicien de laboratoire de classe normale


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus




Technicien supérieur hospitalier de 2e classe


A partir du 1er et jusqu'au 7e échelon




Technicien hospitalier


A partir du 6e et jusqu'au 10e échelon inclus




Assistant médico-administratif de classe normale


A partir du 1er et jusqu'au 5e échelon inclus


Adjudant




Aide-soignant de classe exceptionnelle


A partir du 1er et jusqu'au 2e échelon inclus




Aide-soignant de classe supérieure


A partir du 7e et jusqu'au 8e échelon inclus




Aide-soignant de classe normale


A partir du 8e échelon




Technicien hospitalier


A partir du 1er et jusqu'au 5e échelon inclus




Aide-soignant de classe supérieure


A partir du 1er et jusqu'au 6e échelon inclus


Sergent-chef




Aide-soignant de classe normale


A partir du 1er et jusqu'au 7e échelon inclus




(1) Cadre d'extinction.
Article Annexe 2
 
GUIDES-BARÈMES DES INVALIDITÉS
I. – Commentaire sur le guide-barème des invalidités du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre
Le guide-barème des invalidités reproduit, à droit constant, l'ensemble des données des trois barèmes existant en matière de pension militaire d'invalidité, à savoir l'échelle de gravité de 1887, le barème de 1915 et le barème de 1919 modifié. Les pourcentages attribués par le barème de 1919 modifié figurent dans la colonne "pourcentage d'invalidité" et sont comparés, quand il y a lieu, avec les barèmes antérieurs dans la colonne "pourcentage prévu par les barèmes antérieurs". Les trois barèmes évoqués ci-dessus sont entièrement différents dans leur inspiration. C'est ce qui explique d'ailleurs les divergences d'appréciations qu'on peut y trouver à propos d'une même infirmité.
L'échelle de gravité de 1887 (issue d'une décision ministérielle du 23 juillet 1887) fut élaborée pour l'application des lois du 11 avril 1831 et du 18 avril 1831. Elle visait exclusivement des infirmités incurables mettant le militaire, de carrière à l'époque, soit hors d'état de rester en activité et lui ôtant toute possibilité d'y rentrer ultérieurement (officiers), soit hors d'état de servir et de pourvoir à sa subsistance (sous-officiers, et soldats). Elles entraînaient, alors, le départ définitif de ces derniers de l'armée. Les pourcentages qui étaient attribués aux infirmités tendaient ainsi à indemniser non seulement l'invalidité, mais également le préjudice subi par le militaire en cause du fait de l'interruption de sa carrière pour une infirmité due au service.
Il est à noter d'ailleurs qu'initialement cette échelle ne comportait pas à proprement parler de pourcentages d'invalidité, mais procédait simplement au classement de certaines infirmités en six catégories. L'introduction des pourcentages a été faite par décrets, dont la parution s'est échelonnée de 1906 à 1918.
Le barème de 1915 a été élaboré par les médecins de l'administration centrale du ministère de la guerre (commission consultative médicale) pour servir de guide aux experts. Il constitue plutôt une codification des pourcentages d'invalidité généralement admis à l'époque en matière d'accident du travail (loi du 9 avril 1898). Contrairement à l'échelle de gravité de 1887, il ne tient pas compte d'un préjudice quelconque de carrière.
Le barème de 1919 (issu d'un décret du 29 mai 1919 modifié), établi par application des dispositions de l'article 9, § 4, de la loi du 31 mars 1919 (article L. 125-3 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre), fut dressé par une commission de médecins légistes en tenant compte de la science médico-légale de l'époque. Il constitue une étude médico-légale de l'évaluation applicable aux invalidités. Les pourcentages retenus, comme ceux du barème de 1915, n'indemnisent que le dommage objectif.
Ce dernier barème a fait l'objet de mises à jour inégalement fréquentes suivant les titres. On peut ainsi trouver, dans les titres les plus anciens du barème, dont certains sont désormais peu utilisés, des formulations ou des classements qui exigeraient une transposition par un expert au vu de l'évolution des connaissances médicales et/ou des modifications ou des suppressions excédant la logique de la refonte à droit constant.
II. – Guides-barèmes des invalidités applicables à certaines catégories de pensionnés
Figurent aussi en annexe du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre, le guide-barème applicable aux infirmités et maladies contractées pendant l'internement ou la déportation et le guide-barème applicable aux infirmités et maladies contractées par les militaires et assimilés dans certains camps ou lieux de détention. Ces textes, qui prévoient un nombre limité d'infirmités, s'appliquent à certaines catégories de pensionnés. Ces pensionnés relèvent également, pour les infirmités ne figurant pas à ces barèmes particuliers, des dispositions générales du guide-barème des invalidités.
Guide-barème des invalidités applicable au titre du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre






DÉSIGNATION DES INFIRMITÉS


POURCENTAGE D'INVALIDITÉ


POURCENTAGE PRÉVU PAR LES BARÈMES ANTÉRIEURS




Côté droit


Côté gauche


Côté droit


Côté gauche




1887


1915


1887


1915





p. 100


p. 100


p. 100


p. 100


p. 100


p. 100




TITRE PREMIER

MEMBRES (1)





(1) La commission chargée d'élaborer le guide-barème des amputations a émis l'avis que, par amputés, il faut entendre les mutilés qui ont subi l'amputation au niveau du poignet ou au-dessus, au niveau de la tibio-tarsienne ou au-dessus. Toutefois, elle a assimilé à l'amputation au niveau du poignet la perte des cinq doigts.
Aux amputés non appareillables ou dont l'appareillage est mal toléré, il est attribué une majoration de 5 %.





A. MEMBRE SUPÉRIEUR










Les taux d'invalidité correspondant au membre supérieur droit doivent être appliqués chez les gauchers au membre supérieur gauche et réciproquement.










DOIGTS ET MÉTACARPE










Raideurs articulaires et ankyloses partielles










Pouce.










Suivant que la mobilité est conservée entre la demi-flexion et la flexion forcée (angle favorable) ou entre la demi-flexion et l'extension (angle défavorable).










Articulation inter-phalangienne


1 à 4


0 à 3








Articulation métacarpo-phalangienne


1 à 3


0 à 1








Articulation inter-phalangienne et métacarpo-phalangienne


4 à 8


3 à 6



5 à 10



2 à 10




La mesure de la limitation des mouvements des doigts est basée sur la connaissance du fait suivant : on sait que la pulpe digitale s'applique sur le pli médian transversal de la paume quand la main est bien fermée. Il suffit donc de mesurer avec un double décimètre la distance du pli à la pointe de l'ongle dans les deux positions de flexion et d'extension maxima.










Index.










Articulation métacarpo-phalangienne


1 à 2


0



5



5




1re ou 2e articulation inter-phalangienne


1 à 5


0 à 4



5 à 10



0 à 10




Toutes les articulations (index-raide)


5 à 10


4 à 8






Médius.










Une seule articulation


0 à 2


0



3 à 10



2 à 5




Toutes les articulations


5 à 8


4 à 6






Annulaire.










Une seule articulation


0 à 2


0



3 à 10



3 à 5




Toutes les articulations


5 à 8


4 à 6



3 à 10



3 à 5




Auriculaire.










Une seule articulation


0 à 1


0



2 à 5



2 à 5




Toutes les articulations


2 à 5


0 à 4






Les quatre doigts avec le pouce libre. – Suivant que la gêne fonctionnelle intéresse :










a. L'extension


10 à 15


8 à 12








b. La flexion


20 à 30


15 à 20








Les quatre doigts et le pouce. – Suivant que la gêne fonctionnelle intéresse :










a. L'extension


10 à 20


8 à 15



40



30




b. La flexion


30 à 40


20 à 30






Ankyloses complètes










DEUX CLASSES










1° Ankyloses OSSEUSES, vérifiées par la radiographie ;










2° Ankyloses FIBREUSES, très serrées, ne permettant aucun mouvement utile, après tentatives suffisantes de mobilisation.










Pouce.










Articulation carpo-métacarpienne


20


15



20



15




Articulation métacarpo-phalangienne


10


8



10



8




Articulation inter-phalangienne


5


4



7



5




Articulation métacarpo-phalangienne et inter-phalangienne


15


12



20



15




Toutes les articulations :










a. Pouce en extension


30


25








b. Pouce en flexion modérée


25


20








Index.










Articulation métacarpo-phalangienne


5


4



8



6




Articulation de la 1re et de la 2e phalanges


10


8



10



7




Articulation de la 2e et de la 3e phalanges


3


1



5



2




Les deux dernières articulations


10


8



15



10




Les trois articulations


15


12



20



15




Médius.










Articulation métacarpo-phalangienne


3


1



7



5




Articulation de la 1re et de la 2e phalanges


7


5



4



3




Articulation de la 2e et de la 3e phalanges


2


0



3



2




Les deux dernières articulations


10


8



10



5




Les trois articulations


15


12



15



10




Annulaire.










Articulation métacarpo-phalangienne


2


0



6



4




Articulation de la 1re et de la 2e phalanges


5


4



4



3




Articulation de la 2e et de la 3e phalanges


1


0



2



1




Les deux dernières articulations


10


8



10



5




Les trois articulations


12


9



12



8




Auriculaire.










Articulation métacarpo-phalangienne


1


0



4



3




Articulation de la 1re et de la 2e phalanges


3


1



2



2




Articulation de la 2e et de la 3e phalanges


1


0



2



1




Les deux dernières articulations


5


3



6



5




Les trois articulations


12


9



8



6




Gêne fonctionnelle des doigts résultant de lésions autres que les lésions articulaires. Section ou perte de substance des tendons extenseurs ou fléchisseurs. Adhérences ; cicatrices.










Flexion permanente d'un doigt










Pouce


10 à 25


8 à 20



8



5




Index


5 à 15


4 à 12



5



4




Médius


5 à 15


4 à 12



3



2




Annulaire


5 à 12


4 à 9



1 à 2



1




Auriculaire


5 à 12


4 à 9



1 à 2



1




Extension permanente d'un doigt










Pouce


15 à 25


12 à 20



10



8




Index


10 à 15


8 à 12



8



6




Médius


5 à 15


4 à 12



5



4




Annulaire


5 à 12


4 à 9



4



3




Auriculaire


5 à 12


4 à 9



4



3




Impotence totale définitive de préhension de la main










1° Par flexion ou extension permanente de tous les doigts, y compris le pouce (avec ou sans ankylose proprement dite)


60


45


65


60


65


50




2° Par flexion ou extension permanente de trois doigts, avec raideur des autres, atrophie de la main et de l'avant-bras, raideur du poignet


60


45


60



60





Rétraction ischémique de Wolkmann
(La plupart du temps le pouce n'est pas atteint)


















a. Cas où le pouce est atteint, la main est alors fonctionnellement inutile




65


60


65


50




b. Cas où le pouce est libre





40



30




Maladie de Dupuytren










Rétraction des deux derniers doigts





20



10




Pseudarthrose des doigts










Pseudarthrose ballante, avec perte de substance osseuse










Phalange unguéale.










Pouce


5


4



5



3




Index


1 à 2


0



4



2




Autres doigts


1 à 2


0



2



1




Autres phalanges










Pouce


15


12



15



10




Index


10


8



10



8




Autres doigts


5


4



5



3




Luxations irréduites et irréductibles










Pouce










Phalangette


5


4








Métacarpo-phalangienne (suivant la mobilité restaurée)


10 à 25


8 à 20








Lors de cicatrices adhérentes de la paume et de raideur des autres doigts


30 à 40


20 à 30


60



60





Doigts










Phalangette


2 à 3


0 à 1








Phalangine et phalange (suivant la mobilité restaurée)


5 à 15


4 à 12








Amputations ou désarticulations










Ablation isolée du pouce ou d'un doigt, partielle ou totale










Pouce.










Phalange unguéale


10


8



10



5 à 10




Les deux phalanges


30


20


60


20


60


15




Les deux phalanges et le 1er métacarpien


35


25


30


25




Index










Phalange unguéale


5


4



5



5




Deux phalanges


10


8



12



10




Les trois phalanges


15


12



15



12




Médius – Annulaire – Auriculaire










Phalange unguéale


1


0



2



1




Deux phalanges


5


4



5



3




Trois phalanges


10


8



10



5




Ablation de plusieurs doigts










Ablation de deux doigts, avec les métacarpiens correspondants :










Index et un autre doigt


35


25


60



60





Deux doigts autres que l'index


20


15


60



60





(Lors de mobilité conservée du pouce et des autres doigts.)










Pouce, index




65


50


65


40




Index, médius


35


25


60


40


60


30




Médius, annulaire


20


15


60


30


60


20




Annulaire, auriculaire


20


15


60


20


60


10




Ablation de deux doigts, avec ou sans les métacarpiens correspondants, lors de raideur très prononcée du pouce et des autres doigts et d'atrophie de la main


50


40


65



65





Ablation totale du pouce et de l'index :










Si les autres doigts sont assez mobiles pour faire préhension avec la paume


45


35


65



65





Si les autres doigts sont déviés ou de mobilité plus ou moins incomplète


50 à 60


40 à 45


65



65





Ablation de trois doigts, avec les métacarpiens correspondants :










Index et deux autres doigts


50


40


65



65





Médius, annulaire, auriculaire (suivant l'état de mobilité du pouce et de l'index)


40 à 50


30 à 40


65


30


65


20




Lors d'immobilisation du pouce et du doigt restant


60


45


65



65





Pouce, index, médius




65


60


65


50




Index, médius, annulaire


50


40


65


50


65


40




Ablation de trois doigts, sans les métacarpiens correspondants :










Index et deux autres doigts (lors de mobilité conservée du pouce et du doigt restant)


40


30


60



60





Médius, annulaire, auriculaire (lors de mobilité conservée du pouce et du doigt restant)


30


20


60



60





Lors d'immobilisation du pouce et du doigt restant


60


45


65



65





Index, médius, auriculaire




60


35


60


30




Pouce, index, annulaire




65


50


65


40




Pouce, index, auriculaire




65


50


65


40




Pouce, médius, annulaire




65


40


65


30




Pouce, médius, auriculaire




65


40


65


30




Pouce, annulaire, auriculaire




65


40


65


30




Ablation totale du pouce et de trois ou de deux doigts autres que l'index


50 à 60


40 à 45


65



65





Ablation des quatre derniers doigts






65





Le pouce restant mobile


45


35


65


55


65


45




Lors d'immobilisation du pouce


60


45


65



65





Ablation des quatre premiers doigts




65


60


65


50




Ablation partielle de deux doigts :










De la phalangette du pouce et des deux dernières phalanges de l'index :










avec mobilité complète des moignons


20


15



20



10




sans mobilité des moignons


30


20



30



20




Deux phalangettes :










Index et médius





10



5




Médius et annulaire





5



5




Ablation simultanée aux deux mains des pouces et de tous les doigts


90


100


100



Ablation de divers doigts aux deux mains (1) :
1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.








Des pouces et de tous les doigts à l'exception d'un seul


85


100


100




De tous les doigts à l'exception d'un seul




100




Des pouces et de trois ou quatre doigts


85






Des pouces et de trois ou quatre doigts autres que les index


70






Des pouces et de trois autres doigts




80




Des pouces et des deux index


80



80




Des pouces, un index et un médius




70




Des pouces et un index




60




Des deux pouces


60



50




(Pour les ablations partielles et simultanées de deux doigts, à la même main, additionner les évaluations indiquées plus haut.)







MÉTACARPE
Fractures










Cal difforme, saillant, gêne motrice des doigts correspondants


5 à 15


4 à 12








Fractures avec perte de substance osseuse sur l'un ou l'autre bord de la main, déviation secondaire de la main ; écartement ou gêne motrice importante des doigts


10 à 20


8 à 15



5 à 15



0 à 5




Luxations










Des deux derniers métacarpiens


15 à 20


12 à 15








De tous les métacarpiens


30 à 40


20 à 30



40



30




(Suivant la gêne fonctionnelle des doigts et du poignet.)





60



50




PERTE TOTALE DE LA MAIN










Par désarticulation du poignet ou amputation très basse de l'avant-bras


85 (1)





Par amputation atypique intra-carpienne





Par désarticulation des cinq métacarpiens





Par amputation intra-métacarpienne





Par ablation du pouce et des quatre doigts





Perte des deux mains


100 (2)


100 (2)




(1) et (2) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.




POIGNET









a. Les mouvements de flexion et d'extension varient entre 95° et 130° ;
b. Les mouvements de pronation et de supination embrassent un angle total de 180°











Fractures (Voir ci-après)










Raideurs articulaires et ankyloses partielles










Raideurs de l'extension et de la flexion


5 à 8


4 à 6








Si les mouvements conservés se produisent également de chaque côté de la verticale, l'angle de mobilité est dit favorable





8



5




Si l'angle de mobilité s'effectue dans la flexion exagérée, c'est-à-dire lorsque l'extension ne peut pas se faire, l'angle de mobilité est dit défavorable





15 à 20



10 à 20




Raideurs de la pronation et de la supination


5 à 10


4 à 8








Si la partie du mouvement conservé évolue dans la position favorable de la pronation





10



8




Si la partie du mouvement conservé évolue dans la position défavorable de la supination





20 à 30



10 à 20




Raideurs combinées


10 à 20


8 à 15








Ankyloses complètes










a. En extension et demi-pronation, pouce en dessus, pouce et doigts mobiles


20


15



20



10




b. En extension et pronation complète, doigts mobiles


25


20








c. En extension et pronation complète, doigts raidis


40


30


60


40


60


30




d. En extension et supination, suivant le degré de mobilité des doigts


40 à 50


30 à 40








e. En flexion et pronation, suivant le degré de mobilité des doigts


45 à 60


35 à 45



40



30




f. En flexion et supination, doigts mobiles


50


40 à 50



50



40




g. En flexion et supination, doigts ankylosés (perte de l'usage de la main)


60


45


65


50


65


40




Luxation










Luxation non réduite du poignet lorsqu'elle détermine une gêne fonctionnelle importante




60



60





Pseudarthrose (poignet ballant)










A la suite de larges résections ou de grandes pertes de substance traumatiques du carpe


40


30


65


20


65


10




Main botte, radiale ou cubitale










Consécutive à une large perte de substance d'un des os de l'avant-bras, suivant le degré de la déviation latérale et de la gêne apportée à la mobilité des doigts


20 à 40


15 à 30








AVANT-BRAS










Fractures (Voir ci-après)










a. Inflexion latérale ou antéro-postérieure des deux os avec gêne consécutive des mouvements de la main


5 à 15


4 à 12








b. Limitation des mouvements de torsion (pronation et supination) :










Pronation conservée, supination abolie


5 à 10


4 à 8



10



5




Pronation abolie, supination conservée


10 à 15


8 à 12



20 à 30



10 à 20




c. Suppression des mouvements de torsion avec immobilisation :










En demi-pronation, pouce en dessus


15


12








En pronation complète


25


20



40



30




En supination


35


25



50



40




Cals vicieux :










Extrémité inférieure du radius (pénétration des fragments impossible à corriger, avec lésions articulaires et tendineuses)





10 à 20



10




Pseudarthrose (curabilité opératoire, sinon)










a. Des deux os :










Serrée


10


8



30



20




Lâche (avant-bras ballant)


40


30


65


40


65


30




b. D'un seul os :










Serrée


0 à 5


4



10



10




Lâche


5 à 10


8



20



15




Amputation










Amputation de l'avant-bras


85


85








COUDE










L'amplitude en degrés des mouvements de flexion et d'extension du coude s'effectue :









a. Pour la flexion, depuis 180° (extension complète) jusqu'à 30° (flexion complète) ;
b. Pour l'extension, depuis 30° (flexion complète) jusqu'à 180° (extension complète)










Amplitude des mouvements de torsion (Voir Poignet)











Cicatrice du coude entravant l'extension complète










Extension limitée :










a. A 135°


10


8








b. A 90°


20


15



20



20




c. A 45°


40


30








d. En deçà de 45°, l'avant-bras étant maintenu en flexion à angle très aigu


50


40



60



60



Fractures (Voir ci-après)
Raideurs articulaires











a. Lorsque la partie du mouvement conservé évolue dans la position favorable :










Flexion active entre 110° et 75°


10


8



10



10




Flexion active entre 75° et la flexion complète


20


15



20



15




b. Lorsque la partie du mouvement conservé évolue dans la position défavorable :










Extension active de 110° à 180°


30


25



50



40




c. Mouvements de torsion (Voir Avant-bras)










Ankyloses complètes









Ce terme vise l'abolition des mouvements de flexion, d'extension, de pronation et de supination.
La position d'ankylose du coude est dite en "flexion", de 110° à 30° ; elle est dite "en extension", de 110° à 180°.











Position favorable :










En flexion entre 110° et 75°


35


25


60


30


60


20




En flexion à angle aigu à 45°


40 à 45


30 à 40


60


40


60


30




Cas extrême de flexion forcée où la main est appliquée contre l'épaule




65


60


65


50




Position défavorable :










En extension entre 110° et 180°


50


45


65


60


65


50



Ankyloses incomplètes
(Huméro-cubitale complète avec conservation des mouvements de torsion.)











a. Position favorable :










En flexion entre 110° et 75°


25


20








En flexion à angle aigu à 45°


30


25








b. Position défavorable :










En extension entre 110° et 180°


45


35








Fracture de l'olécrane










a. Cal osseux ou fibreux court, bonne extension, flexion peu limitée


5


4



10



5




b. Cal fibreux long, extension active complète, mais faible, flexion peu limitée


10


8








c. Cal fibreux long, extension active presque nulle, atrophie notable du triceps


20


15



20



10




Luxation










Luxation non réduite du coude




65



65





Pseudarthrose










Consécutive à de larges pertes de substance osseuse ou à des résections étendues du coude :










a. Coude mobile en tous sens, extension active nulle


30 à 40


25 à 30








b. Coude ballant


50


40


65


50


65


40




Désarticulation










Désarticulation du coude


90


90






BRAS










Fractures (Voir ci-après)











Consolidation avec déformation et atrophie musculaire
Le cal vicieux rentre dans ce cas



10 à 30


8 à 25



10 à 20 (1)



5 à 10




1) Le raccourcissement présente ici rarement par lui-même un inconvénient fonctionnel. Il n'en entraîne que s'il s'est prononcé au point de gêner le fonctionnement des muscles par rapprochement de leurs insertions. Dans les cas extrêmes, le taux d'invalidité peut atteindre 30 et 40 %





Pseudarthroses










Curabilité opératoire, sinon :










a. Au niveau de la partie moyenne du bras


40


30


65


40


65


30




b. Au voisinage de l'épaule ou du coude


50


40


65


50


65


40




Amputation










Amputation du bras


90


90






ÉPAULE










Cicatrices de l'aisselle limitant plus ou moins l'abduction du bras










a. Bras collé au corps


30 à 40


25 à 30



20 à 50



20 à 50




b. Abduction de 10 ° à 45 °


20 à 30


15 à 25








c. Abduction de 45 ° à 90 °


20


15








d. Abduction jusqu'à 90 °, mais sans élévation possible


10


8








Fractures (Voir ci-après)










Raideurs articulaires










Portant principalement sur la propulsion et l'abduction


10 à 30


8 à 25



10 à 20



10




Cas graves avec angle de mobilité conservé défavorable





30 à 35



20




Ankyloses complètes










Avec mobilité de l'omoplate


35


25


65


40


65


30




Avec fixation de l'omoplate










Sans complication


45


35


65


50


65


40




Avec complication de périarthrite douloureuse




65


60


65


60




Périarthrite chronique douloureuse










a. Suivant le degré de limitation des mouvements


5 à 25


4 à 20








b. Avec abolition des mouvements et atrophie marquée


35


25








Pseudarthrose










Consécutives à des résections larges ou à des pertes de substance osseuse étendues (épaule ballante)


60


45


65


50


65


40




Luxation










Luxation récidivante de l'épaule


10 à 30


8 à 25



40



30




Luxation non réduite de l'épaule




65



65





Amputations et désarticulations










Désarticulation de l'épaule ou amputation sous-tubérositaire


95


95






Amputation interscapulo-thoracique


95


95




Amputation de deux membres










Perte des deux membres supérieurs quel que soit le niveau


100 (1)


100 (1)


100 (1)




Amputation d'un membre supérieur et d'un membre inférieur quelle que soit leur combinaison


90 (1)


100 (1)


100 (1)




(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.
Il est à noter que pour une amputation d'un membre supérieur et d'un membre inférieur le décompte en infirmités multiples donne pour le barème de 1919 un taux supérieur à 90 %.





CLAVICULE










Fractures et luxations










a. Fracture :










– bien consolidée, cal plus ou moins saillant, raideurs de l'épaule


5 à 15


4 à 12








– consolidée dans des conditions normales, avec atrophie musculaire légère et sans périarthrite scapulo-humérale





1 à 5



1 à 2




– bien consolidée et compliquée de périarthrite





10 à 20



5 à 10




– consolidée par cal difforme avec compressions nerveuses (curabilité opératoire)










sinon voir titre Neuro-psychiatrie, Nerfs, cependant :










– avec simple fourmillement





30



20




– avec phénomènes douloureux, parésie localisée





40



30




– avec paralysie étendue





60



50




b. Fracture double :










– avec consolidation normale


10 à 30


8 à 25



10 à 20






– avec cals saillants, raideurs des épaules










– avec complication de périarthrite





30 à 50






c. Pseudarthrose





10 à 20



5 à 10




d. Luxation non réduite :










– externe


0 à 5


0 à 4








– interne


0 à 10


0 à 8








Muscles









a. Perte de substance musculaire, suivant qu'elle intéresse un ou plusieurs muscles, avec adhérences étendues à la peau ou aux plans profonds
b. Rupture complète ou partielle d'un muscle
c. Rupture complète ou partielle d'un tendon
(Pour a, b, c, voir raideurs articulaires, ankyloses)
d. Amyotrophie – voir Neuro-psychiatrie, Atrophies musculaires médullaires











Nerfs










Voir ci-dessous, titre Neuro-psychiatrie, Membre supérieur










Arthrites










Arthrites chroniques consécutives soit à des plaies articulaires avec ou sans lésions osseuses, soit à des accidents rhumatismaux infectieux ou tuberculeux (voir régions intéressées, raideurs articulaires, ankyloses, amputations)










Luxations










Raideurs articulaires consécutives par arthrite, périarthrite, ostéome, atrophie musculaire, irréduction ou irréductibilité (voir régions intéressés, raideurs articulaires, ankyloses, amyotrophie)










Luxation non réduite d'une grande articulation




65



65











DÉSIGNATION DES INFIRMITÉS


POURCENTAGE

d'invalidité


POURCENTAGE

prévu par les barèmes antérieurs




1887


1915





p. 100


p. 100


p. 100



B. – MEMBRE INFÉRIEUR








Les deux membres inférieurs sont considérés comme ayant une utilité fonctionnelle équivalente.






ORTEILS








Fractures (Voir ci-après)







Raideurs articulaires


0 à 5






Ankyloses complètes







Gros orteil







a. En mauvaise position d'hyperextension ou de flexion


10 à 15



15 à 20




b. En bonne position, c'est-à-dire en rectitude, dans le prolongement du pied


5



8 à 10




Autres orteils







a. En position défavorable (hyperextension, flexion, chevauchement sur les voisins)


0 à 15



7 à 15




b. En position rectiligne et favorable


0 à 5



3




En ce qui concerne les ankyloses en mauvaise position (hyperextension), lors d'orteils gênants et douloureux, l'ablation est tout indiquée et bénigne.







Amputations et désarticulations







Gros orteil







Une phalange


2



5




Deux phalanges


5



10




Deux phalanges et métatarsien


20


60


15 à 20




Ablation isolée







Autres orteils :







Une phalange


0



0




Un orteil dans sa totalité


0



3 à 5




Ablation simultanée







Gros orteil et deuxième


7



13 à 15




Gros orteil, deuxième et troisième


8



16 à 20




Deuxième, troisième et quatrième


4



9 à 15




Trois derniers


5



9 à 15




Tous les orteils, suivant l'état des cicatrices


20 à 30


60


30




Luxations







Luxation non réduite du gros orteil accompagnée de cicatrices adhérentes et de raideur des autres orteils



60





MÉTATARSE







Amputations et désarticulations







Un métatarsien


5



5 à 10




Les deux premiers


20


65


20




Deux métatarsiens



60





Les trois derniers métatarsiens


25


65


25




Tous les métatarsiens (Lisfranc)


30


65


30




TARSE







Fracture ou luxation des métatarsiens et du tarse, ou fracture et luxations combinées :







a. Plante du pied affaissée et douloureuse


10 à 20



10




b. Déviation du pied, en dedans ou en dehors, rotation (pied bot traumatique)


20 à 30






c. Pied bot traumatique, avec déformation considérable et fixe ; immobilité des orteils, atrophie de la jambe (impotence du pied)


30 à 50






Déformation par :







a. Fracture ou luxation de l'astragale




15 à 20




b. Fracture du calcanéum




5 à 30




c. Fracture ou luxation du scaphoïde




20 à 30




d. Fracture ou luxation des cunéiformes




15 à 25




e. Fracture ou luxation du cuboïde et des métatarsiens




20 à 30




Luxation non réduite des os du tarse lorsqu'elle détermine une gêne fonctionnelle importante



60





Cicatrices







Cicatrices de la plante du pied, incurvant la pointe ou l'un des bords


10 à 40






Exostoses







Talalgie chronique consécutive à des exostoses sous-calcanéennes


10 à 30



15 à 20




Si cette douleur permanente du talon était provoquée par une inflammation chronique des bourses séreuses sous et péri-calcanéennes, ou par une ostéite chronique localisée du calcanéum, même évaluation.







Désarticulations ou amputations







Médio-tarsienne (Chopart) :







a. Bonne attitude et mobilité suffisante du moignon


35






b. Mauvaise attitude par bascule du moignon avec marche sur l'extrémité du moignon :


40


65


30




c. Marche impossible sur le moignon



80





Sous-astragalienne (Pirogoff, Ricard) :







Amputation atypique intra-tarsienne


45


65


40




PIED







Articulation tibio-tarsienne







Les mouvements de flexion et d'extension de l'articulation tibio-tarsienne ont une égale amplitude équivalente à 40° environ dans chaque sens autour de l'angle droit.







Raideurs articulaires







a. Avec angle de mobilité favorable, le pied conservant des mouvements qui oscillent de 15° autour de l'angle droit


0 à 10



0 à 10




b. Avec angle de mobilité défavorable (pied talus ou équin)


10 à 30



10 à 30




Rupture tendineuse







La rupture du tendon d'Achille, dont la réparation se fait bien, dans un délai variable




10




Ankyloses complètes







a. A angle droit, sans déformation du pied et avec mobilité suffisante des orteils


10



15 à 20




b. A angle droit, avec déformation ou atrophie du pied, et gêne des mouvements des orteils


20 à 30


60


15 à 20




c. En altitude vicieuse du pied


30 à 45


65


30 à 50




Amputation et désarticulation







Désarticulation tibio-tarsienne (Syme, Guyon)


85






Amputation des deux pieds


85 (1)


100 (1)


100 (1)



(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.




JAMBE







Fractures (Voir ci-après)







Raideurs articulaires (Voir Genou, Pied)







Cals vicieux







A. – Consécutifs à des fractures malléolaires







a. Déplacement du pied en dedans :







Plante du pied tendant à regarder le pied sain, la marche et la station debout se faisant sur le bord du pied


20 à 40



30




b. Déplacement du pied en dehors :







Plante du pied basculant et regardant en dehors, la marche et la station debout s'effectuant sur la partie interne de la plante du pied, voire sur le bord interne


20 à 45



40 à 50




B. – Consécutifs à des fractures de la diaphyse







a. Consolidation rectiligne, avec raccourcissement de 3 à 4 centimètres, gros cal saillant atrophie plus ou moins accusée


15 à 25



25 à 30




b. Consolidation angulaire, avec déviation de la jambe en dehors ou en dedans, déviation secondaire du pied, raccourcissement de plus de 4 centimètres ; marche possible


30 à 40



40




c. Consolidation angulaire, ou raccourcissement considérable, marche impossible


60


65


50




C. – Consécutifs à des fractures de l'extrémité supérieure







Forts déviation angulaire, en avant ou latérale


30 à 50






Pseudarthrose







Pseudarthrose des deux os. Curabilité opératoire, sinon


60


65


60




Amputation







Amputation de la jambe


85






ROTULE







Fractures







a. Cal osseux ou fibreux court, bonne extension, flexion peu limitée


10



10




b. Cal fibreux long, extension active complète, mais faible, flexion peu limitée


20



30 à 40




c. Cal fibreux long, extension active presque nulle, atrophie notable de la cuisse


40



40 à 50




d. Pseudarthrose avec amyotrophie et conservation des mouvements




20




Ablation de la rotule (Patellectomie)







a. Avec genou libre, atrophie notable du triceps et extension insuffisante


30 à 40






b. Combinée à des raideurs du genou (voir ci-dessous)







Rupture tendineuse







La rupture du tendon rotulien, ou du ligament rotulien, étant presque toujours incomplète ne détermine qu'une gêne relative, mais certaine, qui peut être évaluée à




10




GENOU







L'amplitude en degrés des mouvements de flexion et d'extension du genou s'effectue :







a. Pour la flexion :







Depuis 180° (extension complète) jusqu'à 30° environ (flexion complète)







b. Pour l'extension :







Depuis 30° environ (flexion complète) jusqu'à 180° (extension complète)







Cicatrices du creux poplité







Entravant l'extension complète ; extension limitée







a. Entre 135° et 170°


10 à 30






b. Entre 90° et 135°


30 à 50






c. Jusqu'à 90° au moins


50 à 60



60




Fractures (Voir ci-après)







Raideurs articulaires


5 à 30






a. Avec angle favorable de la verticale à 25° ou 45°




10 à 20




b. Avec angle défavorable




20 à 30




Ankyloses complètes






La position d'ankylose du genou est dite en extension de 180° à 135°.
Elle est dite en flexion de 135° jusqu'à 30°.








a. Position favorable :







En extension complète à 180° ou presque complète jusqu'à 135°


35


60


30 à 40




b. Position défavorable :







En flexion, c'est-à-dire à partir de 135° jusqu'à 30°


60


65


60




Hydarthrose







Hydarthrose chronique à poussées récidivantes, avec amyotrophie marquée


10 à 30



10 à 20




Hydarthrose chronique double volumineuse avec amyotrophie bilatérale


30 à 40






Fractures







a. De l'extrémité inférieure du fémur.







b. De l'extrémité supérieure du tibia.







c. Combinées.







Voir Raideurs articulaires, Ankyloses.







Cals vicieux







a. Déterminant après ankylose en extension le genu valgum, où la jambe s'incline en dehors


50


65


50




b. Déterminant après ankylose en extension le genu varum, où la jambe s'incline en dedans


50


65


50




Luxation







Luxation non réduite du genou



65





Pseudarthrose







Consécutive à une résection du genou :







a. Si le raccourcissement ne dépasse pas 6 centimètres et si le genou n'est pas ballant


50






b. Genou ballant


60


65


50




Désarticulation







Désarticulation


90






CUISSE







Fractures







a. Extrémité inférieure du fémur (voir Genou).







b. Diaphyse :







Raccourcissement de 1 à 4 centimètres, sans lésions articulaires ni atrophie musculaire


5 à 10



10 à 20




Raccourcissement de 3 à 6 centimètres, avec atrophie musculaire moyenne, sans raideurs articulaires


20



20 à 40




Raccourcissement de 3 à 6 centimètres, avec raideurs articulaires accusées


30



20 à 40




Raccourcissement de 6 à 12 centimètres, avec atrophie musculaire moyenne, raideurs articulaires


30 à 50






Raccourcissement de 6 à 12 centimètres, avec déviation angulaire externe, atrophie musculaire très accusée et la flexion du genou ne dépassant pas 135°


60



50




c. Tiers supérieur, région trochantérienne et col :







– raccourcissement constant et prononcé, limitation des mouvements de l'articulation coxo-fémorale, surtout dans l'abduction




60




– raccourcissement de plus de 10 centimètres, déviation angulaire externe, raideur de la hanche


60 à 65



70




Cal vicieux







Consolidant en crosse une fracture sous-trochantérienne et accompagné de grand raccourcissement et de douleurs


70



70




Luxation







Luxation non réduite de la hanche



65





Pseudarthrose







Curabilité opératoire, sinon


60


65


60




Amputations







a. Sous-trochantérienne


95






b. A un niveau inférieur


90





HANCHE







Fractures (Voir ci-après)







Raideurs articulaires


15 à 30






– lorsque la partie du mouvement conservé s'exécute suivant un angle favorable, soit un angle de flexion de 45 ° partant de la verticale




15 à 20




– cas opposés




30 à 35




Ankyloses complètes







a. En rectitude


75


60


40 à 50




b. En mauvais attitude (flexion, adduction, abduction, rotation)


85


65


60 à 70




c. Des deux hanches


100 (1)



100 (1)




(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.
Il est à noter que pour une amputation d'un membre supérieur et d'un membre inférieur le décompte en infirmités multiples donne pour le barème 1919 un taux supérieur à 90 %.





Pseudarthroses







Consécutive à de grandes pertes de substance osseuse


70


65


70




Désarticulation







Désarticulation


95


80


80




Amputations des deux membres







D'un membre supérieur et d'un membre inférieur quelle que soit leur combinaison


90 (1)


100 (1)


100 (1)




Amputation des deux membres inférieurs


100 (1)


100 (1)


100 (1)




(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.
Il est à noter que pour une amputation d'un membre supérieur et d'un membre inférieur le décompte en Infirmités multiples donne pour le barème 1919 un taux supérieur à 90 %.





Muscles







a. Perte de substance musculaire, suivant qu'elle intéresse un ou plusieurs muscles, avec adhérences étendues à la peau ou aux plans profonds







b. Rupture complète ou partielle d'un muscle.







c. Rupture complète ou partielle d'un tendon :







– du tendon d'Achille, dont la réparation se fait bien dans un délai variable




10




– du tendon rotulien ou du ligament rotulien, rupture presque toujours incomplète ne déterminant qu'une gêne relative mais certaine




10




(Pour a, b, c, voir raideurs articulaires, ankyloses.)




10




d. Amyotrophie (voir Neuro-psychiatrie, Atrophies musculaires médullaires)







Nerfs







Voir titre Neuro-psychiatrie, Névrites périphériques







Arthrites







Arthrites chroniques consécutives soit à des plaies articulaires avec ou sans lésions osseuses, soit à des accidents rhumatismaux, infectieux ou tuberculeux (voir régions intéressées, raideurs articulaires, ankyloses, amputations).







Luxations







Raideurs articulaires consécutives par arthrite, périarthrite, atrophie musculaire, irréduction ou irréductibilité (voir régions intéressées, raideurs articulaires, ankyloses, amyotrophie).







Luxation non réduite d'une grande articulation



65





TITRE II

VAISSEAUX










se reporter au titre Affections cardio-vasculaires, Vaisseaux







VARICES













se reporter au titre Affections cardio-vasculaires, Vaisseaux







TITRE III
NEURO-PSYCHIATRIE




– 1 – NERFS PÉRIPHÉRIQUES







1° Lésions traumatiques






Les paralysies par lésion traumatique d'un nerf périphérique ne peuvent être considérées comme définitives qu'au bout de plusieurs années. On doit se rappeler que, dans la plupart de ces paralysies, aussi bien dans les cas de traumatisme sans section nerveuse complète que dans les cas de section nerveuse ayant subi une restauration chirurgicale correcte, on est en droit d'attendre le plus souvent une amélioration progressive, voire même, une guérison à peu près complète.
L'atrophie musculaire, la réaction de dégénérescence, l'anesthénie cutanée, les troubles trophiques, etc., ne sont pas des signes d'incurabilité ; ces symptômes traduisent simplement un état d'interruption nerveuse susceptible souvent d'une régression spontanée ou d'une restauration chirurgicale.
Les taux d'invalidité indiqués par le barème s'appliquent à des paralysies totales et complètes, c'est-à-dire atteignant d'une façon complète la totalité des muscles animés par le nerf intéressé.
En cas de paralysie incomplète, parésie ou simple affaiblissement, comme en cas de paralysie partielle respectant une partie des muscles innervés, le taux d'invalidité subit naturellement une diminution proportionnelle.
Au contraire, l'association de troubles névritiques, douleurs, raideurs, rétractions fibreuses, troubles trophiques, aggrave plus ou moins l'impotence et légitime une majoration du taux d'invalidité.
La réaction causalgique, en particulier, plus souvent observée dans les blessures des nerfs médian et sciatique poplité externe, mais qui peut s'associer aux lésions de tous les autres nerfs, comporte à elle seule une invalidité très élevée, en raison des douleurs intolérables provoquées par la moindre excitation. Mais il faut savoir que les causalgies, ainsi du reste que la plupart des troubles névritiques, ont une tendance habituelle à la guérison spontanée en quelques mois ou en quelques années.














DÉSIGNATION DES INFIRMITÉS


POURCENTAGE
d'invalidité


POURCENTAGE
prévu par les barèmes antérieurs




Côté droit


Côté gauche


Côté droit


Côté gauche




1887


1915


1887


1915





p. 100


p. 100


p. 100


p. 100


p. 100


p. 100




A. MEMBRE SUPÉRIEUR (1)

(1) Il est rappelé qu'en cas de paralysie incomplète ou partielle, les taux fixés à ce paragraphe doivent être abaissés et rationnellement calculés d'après le degré de la gêne fonctionnelle.










Paralysie totale d'un membre supérieur


90


65


70


65


60




Paralysie radiculaire supérieure Duchenne-Erb comprenant deltoïde, biceps, brachial antérieur, coraco-brachial, long supinateur


55


45



20



10




Paralysie radiculaire inférieure (type Klumpke) comprenant les muscles fléchisseurs des doigts ainsi que les petits muscles de la main


60


50



30



20




Paralysie isolée du nerf sous-scapulaire (muscle grand dentelé)


15


10



15



10




Paralysie du nerf circonflexe


25


20



20



10




Paralysie du nerf musculo-cutané (biceps), cette paralysie permet cependant la flexion de l'avant-bras sur le bras par le long supinateur


20


15



50



40




Paralysie du nerf médian :










a. Au bras (paralysie des muscles antibrachiaux)


50


40



50



40




b. Au poignet (paralysie de l'éminence thénar, anesthésie)


20


10



20



10




Paralysie du nerf cubital :










a. Au bras (muscles antibrachiaux et muscles de la main)


30


30



50



40




b. Au poignet (muscles de la main, interosseux), l'impotence est sensiblement la même quel que soit le siège de la blessure


20


20



10 à 15



10




Paralysie du nerf radial :










a. Lésion au-dessus de la branche du triceps


50


40



60



50




b. Lésion au-dessous de la branche du triceps (paralysie classique des extenseurs)


40


30






Paralysie associée du médian et du cubital


50


50








Syndrome de paralysie du sympathique cervical (Claude Bernard-Horner), myosis enophtalmie, rétrécissement de la fente palpébrale, majoration de


5 à 10








Syndrome d'excitation du sympathique cervical (Pourfour-Du Petit), mydriase exophtalmie, majoration de


5 à 10








Ulcérations persistantes, troubles trophiques cutanés, majoration de


5 à 20








Réaction névritique (douleurs, raideurs, rétractions fibreuses, troubles trophiques, etc.), majoration de


10 à 40








Réaction causalgique, majoration de


20 à 60








B. MEMBRE INFÉRIEUR (1)

(1) Il est rappelé qu'en cas de paralysie incomplète ou partielle, les taux fixés à ce paragraphe doivent être abaissés et rationnellement calculés d'après le degré de la gêne fonctionnelle.



Barème 1887


Barème 1915




Paralysie totale d'un membre inférieur


90


65


60




Paralysie complète du nerf sciatique


40






Paralysie du nerf sciatique poplité externe


30



20




Paralysie du nerf sciatique poplité interne


20






Paralysie du nerf crural


50



40 à 50




Paralysie du nerf obturateur


10 à 20






Ulcérations persistantes, troubles trophiques cutanés, majoration de


5 à 20






Réactions névritiques, majoration de


10 à 40






Réactions causalgiques, majoration de


20 à 60












DÉSIGNATION DES INFIRMITÉS


POURCENTAGE
d'invalidité


POURCENTAGE
prévu par les barèmes antérieurs




1887


1915




p. 100


p. 100


p. 100





2e Névrites périphériques
Névralgies








Les mononévrites, névrites spontanées d'un tronc nerveux, d'origine toxique ou infectieuse, sont assimilables aux paralysies traumatiques des mêmes nerfs, complètes ou incomplètes, totales ou partielles. Elles comportent les mêmes aggravations et majorations d'invalidité en rapport avec l'association des symptômes névritiques, douleurs, troubles trophiques, rétractions fibrotendineuses, raideurs articulaires ou même réaction causalgique.







Elles ne peuvent également être considérées comme définitives qu'au bout de plusieurs années, car elles ont, comme les lésions traumatiques, une tendance à peu près constante à l'amélioration ou à la guérison progressive. Elles déterminent cependant avec une certaine fréquence, des séquelles durables ou définitives, par les troubles trophiques : rétractions, raideurs ou déformations plus ou moins irréductibles.







Les polynévrites, toxiques, dyscrasiques ou infectieuses, sont également des syndromes essentiellement curables. Les troubles fonctionnels qu'elles déterminent ne peuvent donc être considérés comme définitifs qu'au bout d'un temps quelquefois très prolongé. Ces troubles fonctionnels durables peuvent consister dans la persistance des paralysies, des atrophies musculaires, ou de douleurs, mais plus souvent, il s'agit uniquement de séquelles névritiques : raideurs articulaires, troubles trophiques ou rétractions fibrotendineuses, telles que l'équinisme ou la griffe des orteils.







Les polynévrites peuvent s'accompagner de troubles mentaux passagers ou durables parfois même chroniques, à type de confusion mentale, pour l'évaluation desquels on se reportera au chapitre relatif à la confusion mentale.







Un grand nombre de polynévrites sont d'origine alcoolique et ne sont, par conséquent, pas imputables au service.







A. Polynévrites à prédominance motrice nettement caractérisée







Paralysie double antibrachiale des extenseurs


40 à 70 (1)






Paralysie bilatérale des muscles de la main fléchisseurs des doigts


50 à 80 (1)






Paralysie bilatérale des extenseurs du pied et des orteils avec steppage


30 à 50 (1)






Paralysie bilatérale du triceps crural


40 à 50 (1)






Paraplégie polynévritique complète


60 à 80 (2)






Paralysie des quatre membres


60 à 100 (3)






B. Polynévrites sensitivo-motrices douloureuses







Forme habituelle paraplégique


40 à 80 (2)






Forme quadriplégique


60 à 100 (3)






Séquelles névritiques, pieds varus équin avec griffe fibreuse des orteils


30 à 50





(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.
(2) Voir ci-dessous pour l'indemnisation de la paraplégie.
(3) Voir ci-dessous pour l'indemnisation de la quadriplégie.








C. Polynévrites à prédominance sensitive







Pseudo-tabès névritique


30 à 70






D. Névrites chroniques progressives






Les névrites chroniques progressives (névrites du type Charcot-Marie, névrite hypertrophique du type Déjerine-Sottas, etc.) sont en général des maladies familiales, apparaissant dans l'enfance ou l'adolescence et subissant une aggravation lentement progressive.
Par définition, elles ne sont, dans la plupart des cas, pas imputables au service. Cependant, on a décrit de ces affections quelques cas sans hérédité ni caractère familial et d'apparition tardive (névrite hypertrophique de l'adulte), qui pourraient à la rigueur être susceptibles d'une indemnisation.
L'invalidité dans ces affections ne doit pas être évaluée d'après l'étendue et l'intensité de l'atrophie musculaire, mais uniquement d'après l'impotence fonctionnelle qui ne lui est pas toujours parallèle.
En effet, dans certains cas, sans troubles sensitifs graves l'impotence est souvent beaucoup moins accusée que ne laisserait supposer l'aspect de l'atrophie musculaire.
Dans d'autres cas, au contraire (type Déjerine-Sottas), l'impotence se trouve sensiblement aggravée par la coexistence de troubles de la sensibilité et particulièrement de la sensibilité profonde avec incoordination motrice.
Pour l'évaluation de l'invalidité il y aura lieu de se rapporter par comparaison au barème ci-dessus établi pour les polynévrites.





































3° Algies
L'appréciation de l'invalidité provoquée par les névralgies est un problème des plus délicats. Les névralgies sont en effet des troubles essentiellement subjectifs, qui mettent en cause le degré de sincérité du malade, sa suggestibilité, son coefficient de tolérance, d'émotivité ou de pusillanimité.
Il importe par conséquent de rappeler les principes directeurs suivants :
a) Un grand nombre de névralgies sont symptomatiques, en rapport avec une lésion organique quelconque (névrites spontanées ou traumatismes des nerfs, compressions ou inflammations des troncs nerveux par lésion articulaire ou osseuse de voisinage, radiculites, myélites ou méningo-myélites, etc.).
L'invalidité dans ces cas est essentiellement fonction de la lésion organique causale (mal de Pott, rhumatisme vertébral, arthrite de la hanche, compression nerveuse, blessure des nerfs, etc.). Les douleurs névralgiques n'interviennent alors que comme un facteur surajouté, légitimant une majoration de l'invalidité proportionnelle à leur intensité.
b) La plupart des névralgies essentielles, c'est-à-dire traduisant une irritation primitive des troncs nerveux par quelques processus irritatif, toxique ou infectieux, sont des syndromes habituellement curables. On ne peut les considérer comme définitives qu'après plusieurs années.
c) Il existe dans presque tous les cas des signes objectifs tantôt évidents, tantôt très discrets, qu'il importe de rechercher minutieusement, comme signes d'authenticité de la névralgie : modifications des réflexes, troubles objectifs de la sensibilité, attitudes révélatrices, atrophies musculaires, discordances motrices, réactions électriques anormales, etc.
d) L'invalidité, momentanée ou persistante, doit être appréciée en fonction à la fois de l'intensité et de l'extension des névralgies, de la gêne fonctionnelle apportée au travail et du retentissement possible sur l'état général. Elle est donc infiniment variable selon les cas, selon les réactions du malade et selon même les périodes de la maladie.
Voici, à titre d'exemple, l'étude des différents degrés d'invalidité dans la névralgie sciatique.








Névralgie sciatique







Il s'agit uniquement des sciatiques persistantes ; les crises aiguës de sciatique ne peuvent être considérées autrement que comme des affections épisodiques, non indemnisables :







a. Névralgie sciatique légère, confirmée (en dehors du signe de Lasègue et des points douloureux) par l'existence de signes objectifs, modifications du réflexe achilléen, atrophie musculaire, scolioses, etc. mais sans trouble grave de la marche


10 à 20






b. Névralgie sciatique, d'intensité moyenne, avec signes objectifs manifestes, gêne considérable de la marche et du travail


25 à 40






c. Névralgie sciatique grave, rendant le travail et la marche impossibles nécessitant souvent le séjour au lit


45 à 60






d. Névralgie sciatique compliquée de réaction causalgique plus ou moins intense ou de retentissement sur l'état général


40 à 80





– 2 – RACINES ET GANGLIONS RACHIDIENS








A. Radiculites








On réserve le nom de radiculites aux syndromes névralgiques en rapport avec l'inflammation des racines rachidiennes dans leur traversée méningée.
Cette définition les distingue des syndromes radiculaires qui accompagnent les myélites et méningo-myélites, les compressions de la moelle ou de la queue de cheval, les lésions vertébrales comme le mal de Pott ou le cancer vertébral, ou qui traduisent les lésions traumatiques, les compressions ou irritations des plexus nerveux en dehors de la colonne vertébrale.
Les radiculites d'origine toujours infectieuse (syphilis, tuberculose, infections diverses) sont caractérisées par la distribution radicalaire des symptômes, par la prédominance habituelle des douleurs et des troubles objectifs de la sensibilité sur les symptômes moteurs et trophiques plus discrets, par le retentissement douloureux de l'effort, de la toux et de l'éternuement, par l'existence habituelle d'une certaine réaction méningée.
L'invalidité qu'elles comportent est, dans la plupart des cas, assimilable à celles des névralgies. Plus rarement l'existence de troubles moteurs permet de les assimiler aux paralysies du plexus brachial ou des racines de la queue de cheval. (Voir Névralgies ou Paralysies.)








B. Zona








L'association rare de troubles trophiques légitimerait la majoration habituelle des "réactions névritiques". (Voir Nerfs périphériques.)
Le zona ne comporte d'indemnisation que dans les cas de névralgie persistante ou de troubles trophiques consécutifs du zona.
Ces névralgies persistantes sont très rares chez les jeunes sujets, mais relativement fréquentes chez les sujets âgés.
L'invalidité qui en résulte est essentiellement variable suivant le siège de la névralgie, son extension, son intensité et son retentissement sur l'état général.
Pour les reliquats divers, voir chapitres spéciaux.







– 3 – COLONNE VERTÉBRALE








(Voir Cou ainsi que le guide-barème applicable aux infirmités et maladies contractées pendant l'internement ou la déportation).







1° Lésions traumatiques








Le rachis peut être atteint de lésions traumatiques patentes ou latentes.
Les fractures et luxations latentes ne sont pas exceptionnelles bien que souvent la radiographie les révèle seule ; il y a lieu d'en tenir compte, car elles sont susceptibles d'entraîner soit une fragilité anormale qui doit empêcher d'exercer toute profession de force, soit une ankylose progressive qui peut être relativement tardive.
Les lésions évidentes peuvent déterminer de simples déviations peu importantes. Elles ne prennent de l'importance que quand elles déterminent des douleurs névralgiques (d'origine généralement radiculaire) ou des immobilisations. Elles deviennent très importantes quand elles provoquent une compression de la moelle ou de la queue de cheval.








Fractures et luxations latentes (voir note ci-dessus) [sans trouble aucun ou avec douleurs ou paralysie initiales et passagères]


10 à 30



10 à 20




Déviation scoliotique ou cyphotique :







Non douloureuse


0 à 9






Douloureuse : il existe dans presque tous les cas des signes objectifs, tantôt évidents, tantôt très discrets, qu'il importe de rechercher minutieusement comme signes d'authenticité de la douleur : modification des réflexes, troubles objectifs de la sensibilité, attitudes révélatrices, atrophies musculaires, discordances motrices, réactions électriques anormales, etc. :







a. Douleurs ostéo-articulaires : pesanteurs, tiraillements plus ou moins continus localisés au rachis, calmés par le repos


10 à 20






b. Douleurs à forme de névralgies radiculaires, douleurs violentes, intermittentes ou paroxystiques, lancinantes, irradiant le long des nerfs intercostaux ou des nerfs des membres (suivant fréquence des crises)


15 à 40






Immobilisation partielle de la tête et du tronc (avec ou sans déviation) :







Sans douleurs


1 à 15






Avec douleurs :







Douleurs ostéo-articulaires


15 à 25






Douleurs névralgiques


20 à 40






Immobilisation avec déviation très prononcée et en position très gênante


45


65


20 à 50




Ankylose étendue après traumatisme vertébral :








Souvent tardive après période de méditation :
"spondylites traumatiques", maladies de Kummel.








"cyphoses traumatiques" (selon douleurs et gêne fonctionnelle)


20 à 50



20 à 50





Paraplégie par traumatisme médullaire (évaluée avec les blessures de la moelle).
Notons que la paralysie par lésion de la queue de cheval est plus souvent curable.
Hémiplégie spinale (souvent légère) :
Hémiplégie vraie (membre supérieur souvent plus atteint que l'inférieur) "évaluée avec les blessures de la moelle", (suivant côté et intensité).
Monoplégie d'un membre inférieur (Voir Encéphale)








2° Lésions non traumati
Article Annexe 2
 
GUIDES-BARÈMES DES INVALIDITÉS


I. - Commentaire sur le guide-barème des invalidités du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre


Le guide-barème des invalidités reproduit, à droit constant, l'ensemble des données des trois barèmes existant en matière de pension militaire d'invalidité, à savoir l'échelle de gravité de 1887, le barème de 1915 et le barème de 1919 modifié. Les pourcentages attribués par le barème de 1919 modifié figurent dans la colonne "pourcentage d'invalidité" et sont comparés, quand il y a lieu, avec les barèmes antérieurs dans la colonne "pourcentage prévu par les barèmes antérieurs". Les trois barèmes évoqués ci-dessus sont entièrement différents dans leur inspiration. C'est ce qui explique d'ailleurs les divergences d'appréciations qu'on peut y trouver à propos d'une même infirmité.
L'échelle de gravité de 1887 (issue d'une décision ministérielle du 23 juillet 1887) fut élaborée pour l'application des lois du 11 avril 1831 et du 18 avril 1831. Elle visait exclusivement des infirmités incurables mettant le militaire, de carrière à l'époque, soit hors d'état de rester en activité et lui ôtant toute possibilité d'y rentrer ultérieurement (officiers), soit hors d'état de servir et de pourvoir à sa subsistance (sous-officiers, et soldats). Elles entraînaient, alors, le départ définitif de ces derniers de l'armée. Les pourcentages qui étaient attribués aux infirmités tendaient ainsi à indemniser non seulement l'invalidité, mais également le préjudice subi par le militaire en cause du fait de l'interruption de sa carrière pour une infirmité due au service.
Il est à noter d'ailleurs qu'initialement cette échelle ne comportait pas à proprement parler de pourcentages d'invalidité, mais procédait simplement au classement de certaines infirmités en six catégories. L'introduction des pourcentages a été faite par décrets, dont la parution s'est échelonnée de 1906 à 1918.
Le barème de 1915 a été élaboré par les médecins de l'administration centrale du ministère de la guerre (commission consultative médicale) pour servir de guide aux experts. Il constitue plutôt une codification des pourcentages d'invalidité généralement admis à l'époque en matière d'accident du travail (loi du 9 avril 1898). Contrairement à l'échelle de gravité de 1887, il ne tient pas compte d'un préjudice quelconque de carrière.
Le barème de 1919 (issu d'un décret du 29 mai 1919 modifié), établi par application des dispositions de l'article 9, § 4, de la loi du 31 mars 1919 (article L. 125-3 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre), fut dressé par une commission de médecins légistes en tenant compte de la science médico-légale de l'époque. Il constitue une étude médico-légale de l'évaluation applicable aux invalidités. Les pourcentages retenus, comme ceux du barème de 1915, n'indemnisent que le dommage objectif.
Ce dernier barème a fait l'objet de mises à jour inégalement fréquentes suivant les titres. On peut ainsi trouver, dans les titres les plus anciens du barème, dont certains sont désormais peu utilisés, des formulations ou des classements qui exigeraient une transposition par un expert au vu de l'évolution des connaissances médicales et/ou des modifications ou des suppressions excédant la logique de la refonte à droit constant.


II. - Guides-barèmes des invalidités applicables à certaines catégories de pensionnés


Figurent aussi en annexe du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre, le guide-barème applicable aux infirmités et maladies contractées pendant l'internement ou la déportation et le guide-barème applicable aux infirmités et maladies contractées par les militaires et assimilés dans certains camps ou lieux de détention. Ces textes, qui prévoient un nombre limité d'infirmités, s'appliquent à certaines catégories de pensionnés. Ces pensionnés relèvent également, pour les infirmités ne figurant pas à ces barèmes particuliers, des dispositions générales du guide-barème des invalidités.


Guide-barème des invalidités applicable au titre du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre








DÉSIGNATION DES INFIRMITÉS


POURCENTAGE D'INVALIDITÉ


POURCENTAGE PRÉVU PAR LES BARÈMES ANTÉRIEURS




Côté droit


Côté gauche


Côté droit


Côté gauche




1887


1915


1887


1915







p. 100


p. 100


p. 100


p. 100


p. 100


p. 100




TITRE PREMIER
MEMBRES (1)




(1) La commission chargée d'élaborer le guide-barème des amputations a émis l'avis que, par amputés, il faut entendre les mutilés qui ont subi l'amputation au niveau du poignet ou au-dessus, au niveau de la tibio-tarsienne ou au-dessus. Toutefois, elle a assimilé à l'amputation au niveau du poignet la perte des cinq doigts.
Aux amputés non appareillables ou dont l'appareillage est mal toléré, il est attribué une majoration de 5 %.




A. MEMBRE SUPÉRIEUR










Les taux d'invalidité correspondant au membre supérieur droit doivent être appliqués chez les gauchers au membre supérieur gauche et réciproquement.










DOIGTS ET MÉTACARPE










Raideurs articulaires et ankyloses partielles










Pouce.










Suivant que la mobilité est conservée entre la demi-flexion et la flexion forcée (angle favorable) ou entre la demi-flexion et l'extension (angle défavorable).










Articulation inter-phalangienne


1 à 4


0 à 3








Articulation métacarpo-phalangienne


1 à 3


0 à 1








Articulation inter-phalangienne et métacarpo-phalangienne


4 à 8


3 à 6



5 à 10



2 à 10




La mesure de la limitation des mouvements des doigts est basée sur la connaissance du fait suivant : on sait que la pulpe digitale s'applique sur le pli médian transversal de la paume quand la main est bien fermée. Il suffit donc de mesurer avec un double décimètre la distance du pli à la pointe de l'ongle dans les deux positions de flexion et d'extension maxima.










Index.










Articulation métacarpo-phalangienne


1 à 2


0



5



5




1re ou 2e articulation inter-phalangienne


1 à 5


0 à 4



5 à 10



0 à 10




Toutes les articulations (index-raide)


5 à 10


4 à 8






Médius.










Une seule articulation


0 à 2


0



3 à 10



2 à 5




Toutes les articulations


5 à 8


4 à 6






Annulaire.










Une seule articulation


0 à 2


0



3 à 10



3 à 5




Toutes les articulations


5 à 8


4 à 6



3 à 10



3 à 5




Auriculaire.










Une seule articulation


0 à 1


0



2 à 5



2 à 5




Toutes les articulations


2 à 5


0 à 4






Les quatre doigts avec le pouce libre. - Suivant que la gêne fonctionnelle intéresse :










a. L'extension


10 à 15


8 à 12








b. La flexion


20 à 30


15 à 20








Les quatre doigts et le pouce. - Suivant que la gêne fonctionnelle intéresse :










a. L'extension


10 à 20


8 à 15



40



30




b. La flexion


30 à 40


20 à 30






Ankyloses complètes










DEUX CLASSES










1° Ankyloses OSSEUSES, vérifiées par la radiographie ;










2° Ankyloses FIBREUSES, très serrées, ne permettant aucun mouvement utile, après tentatives suffisantes de mobilisation.










Pouce.










Articulation carpo-métacarpienne


20


15



20



15




Articulation métacarpo-phalangienne


10


8



10



8




Articulation inter-phalangienne


5


4



7



5




Articulation métacarpo-phalangienne et inter-phalangienne


15


12



20



15




Toutes les articulations :










a. Pouce en extension


30


25








b. Pouce en flexion modérée


25


20








Index.










Articulation métacarpo-phalangienne


5


4



8



6




Articulation de la 1re et de la 2e phalanges


10


8



10



7




Articulation de la 2e et de la 3e phalanges


3


1



5



2




Les deux dernières articulations


10


8



15



10




Les trois articulations


15


12



20



15




Médius.










Articulation métacarpo-phalangienne


3


1



7



5




Articulation de la 1re et de la 2e phalanges


7


5



4



3




Articulation de la 2e et de la 3e phalanges


2


0



3



2




Les deux dernières articulations


10


8



10



5




Les trois articulations


15


12



15



10




Annulaire.










Articulation métacarpo-phalangienne


2


0



6



4




Articulation de la 1re et de la 2e phalanges


5


4



4



3




Articulation de la 2e et de la 3e phalanges


1


0



2



1




Les deux dernières articulations


10


8



10



5




Les trois articulations


12


9



12



8




Auriculaire.










Articulation métacarpo-phalangienne


1


0



4



3




Articulation de la 1re et de la 2e phalanges


3


1



2



2




Articulation de la 2e et de la 3e phalanges


1


0



2



1




Les deux dernières articulations


5


3



6



5




Les trois articulations


12


9



8



6




Gêne fonctionnelle des doigts résultant de lésions autres que les lésions articulaires. Section ou perte de substance des tendons extenseurs ou fléchisseurs. Adhérences ; cicatrices.










Flexion permanente d'un doigt










Pouce


10 à 25


8 à 20



8



5




Index


5 à 15


4 à 12



5



4




Médius


5 à 15


4 à 12



3



2




Annulaire


5 à 12


4 à 9



1 à 2



1




Auriculaire


5 à 12


4 à 9



1 à 2



1




Extension permanente d'un doigt










Pouce


15 à 25


12 à 20



10



8




Index


10 à 15


8 à 12



8



6




Médius


5 à 15


4 à 12



5



4




Annulaire


5 à 12


4 à 9



4



3




Auriculaire


5 à 12


4 à 9



4



3




Impotence totale définitive de préhension de la main










1° Par flexion ou extension permanente de tous les doigts, y compris le pouce (avec ou sans ankylose proprement dite)


60


45


65


60


65


50




2° Par flexion ou extension permanente de trois doigts, avec raideur des autres, atrophie de la main et de l'avant-bras, raideur du poignet


60


45


60



60





Rétraction ischémique de Wolkmann
(La plupart du temps le pouce n'est pas atteint)


















a. Cas où le pouce est atteint, la main est alors fonctionnellement inutile




65


60


65


50




b. Cas où le pouce est libre





40



30




Maladie de Dupuytren










Rétraction des deux derniers doigts





20



10




Pseudarthrose des doigts










Pseudarthrose ballante, avec perte de substance osseuse










Phalange unguéale.










Pouce


5


4



5



3




Index


1 à 2


0



4



2




Autres doigts


1 à 2


0



2



1




Autres phalanges










Pouce


15


12



15



10




Index


10


8



10



8




Autres doigts


5


4



5



3




Luxations irréduites et irréductibles










Pouce










Phalangette


5


4








Métacarpo-phalangienne (suivant la mobilité restaurée)


10 à 25


8 à 20








Lors de cicatrices adhérentes de la paume et de raideur des autres doigts


30 à 40


20 à 30


60



60





Doigts










Phalangette


2 à 3


0 à 1








Phalangine et phalange (suivant la mobilité restaurée)


5 à 15


4 à 12








Amputations ou désarticulations










Ablation isolée du pouce ou d'un doigt, partielle ou totale










Pouce.










Phalange unguéale


10


8



10



5 à 10




Les deux phalanges


30


20



20



15




Les deux phalanges et le 1er métacarpien


35


25


60


30


60


25




Index










Phalange unguéale


5


4



5



5




Deux phalanges


10


8



12



10




Les trois phalanges


15


12



15



12




Médius - Annulaire - Auriculaire










Phalange unguéale


1


0



2



1




Deux phalanges


5


4



5



3




Trois phalanges


10


8



10



5




Ablation de plusieurs doigts










Ablation de deux doigts, avec les métacarpiens correspondants :










Index et un autre doigt


35


25


60



60





Deux doigts autres que l'index


20


15


60



60





(Lors de mobilité conservée du pouce et des autres doigts.)










Pouce, index




65


50


65


40




Index, médius


35


25


60


40


60


30




Médius, annulaire


20


15


60


30


60


20




Annulaire, auriculaire


20


15


60


20


60


10




Ablation de deux doigts, avec ou sans les métacarpiens correspondants, lors de raideur très prononcée du pouce et des autres doigts et d'atrophie de la main


50


40


65



65





Ablation totale du pouce et de l'index :










Si les autres doigts sont assez mobiles pour faire préhension avec la paume


45


35


65



65





Si les autres doigts sont déviés ou de mobilité plus ou moins incomplète


50 à 60


40 à 45


65



65





Ablation de trois doigts, avec les métacarpiens correspondants :










Index et deux autres doigts


50


40


65



65





Médius, annulaire, auriculaire (suivant l'état de mobilité du pouce et de l'index)


40 à 50


30 à 40


65


30


65


20




Lors d'immobilisation du pouce et du doigt restant


60


45


65



65





Pouce, index, médius




65


60


65


50




Index, médius, annulaire


50


40


65


50


65


40




Ablation de trois doigts, sans les métacarpiens correspondants :










Index et deux autres doigts (lors de mobilité conservée du pouce et du doigt restant)


40


30


60



60





Médius, annulaire, auriculaire (lors de mobilité conservée du pouce et du doigt restant)


30


20


60



60





Lors d'immobilisation du pouce et du doigt restant


60


45


65



65





Index, médius, auriculaire




60


35


60


30




Pouce, index, annulaire




65


50


65


40




Pouce, index, auriculaire




65


50


65


40




Pouce, médius, annulaire




65


40


65


30




Pouce, médius, auriculaire




65


40


65


30




Pouce, annulaire, auriculaire




65


40


65


30




Ablation totale du pouce et de trois ou de deux doigts autres que l'index


50 à 60


40 à 45


65



65





Ablation des quatre derniers doigts






65





Le pouce restant mobile


45


35


65


55


65


45




Lors d'immobilisation du pouce


60


45


65



65





Ablation des quatre premiers doigts




65


60


65


50




Ablation partielle de deux doigts :










De la phalangette du pouce et des deux dernières phalanges de l'index :










avec mobilité complète des moignons


20


15



20



10




sans mobilité des moignons


30


20



30



20




Deux phalangettes :










Index et médius





10



5




Médius et annulaire





5



5




Ablation simultanée aux deux mains des pouces et de tous les doigts


90


100


100




Ablation de divers doigts aux deux mains (1) :
1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.







Des pouces et de tous les doigts à l'exception d'un seul


85


100


100




De tous les doigts à l'exception d'un seul




100




Des pouces et de trois ou quatre doigts


85






Des pouces et de trois ou quatre doigts autres que les index


70






Des pouces et de trois autres doigts




80




Des pouces et des deux index


80



80




Des pouces, un index et un médius




70




Des pouces et un index




60




Des deux pouces


60



50




(Pour les ablations partielles et simultanées de deux doigts, à la même main, additionner les évaluations indiquées plus haut.)







MÉTACARPE
Fractures










Cal difforme, saillant, gêne motrice des doigts correspondants


5 à 15


4 à 12








Fractures avec perte de substance osseuse sur l'un ou l'autre bord de la main, déviation secondaire de la main ; écartement ou gêne motrice importante des doigts


10 à 20


8 à 15



5 à 15



0 à 5




Luxations










Des deux derniers métacarpiens


15 à 20


12 à 15








De tous les métacarpiens


30 à 40


20 à 30



40



30




(Suivant la gêne fonctionnelle des doigts et du poignet.)





60



50




PERTE TOTALE DE LA MAIN










Par désarticulation du poignet ou amputation très basse de l'avant-bras


85 (1)





Par amputation atypique intra-carpienne





Par désarticulation des cinq métacarpiens





Par amputation intra-métacarpienne





Par ablation du pouce et des quatre doigts





Perte des deux mains


100 (2)


100 (2)




(1) et (2) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.




POIGNET










a. Les mouvements de flexion et d'extension varient entre 95° et 130° ;
b. Les mouvements de pronation et de supination embrassent un angle total de 180°










Fractures (Voir ci-après)










Raideurs articulaires et ankyloses partielles










Raideurs de l'extension et de la flexion


5 à 8


4 à 6








Si les mouvements conservés se produisent également de chaque côté de la verticale, l'angle de mobilité est dit favorable





8



5




Si l'angle de mobilité s'effectue dans la flexion exagérée, c'est-à-dire lorsque l'extension ne peut pas se faire, l'angle de mobilité est dit défavorable





15 à 20



10 à 20




Raideurs de la pronation et de la supination


5 à 10


4 à 8








Si la partie du mouvement conservé évolue dans la position favorable de la pronation





10



8




Si la partie du mouvement conservé évolue dans la position défavorable de la supination





20 à 30



10 à 20




Raideurs combinées


10 à 20


8 à 15








Ankyloses complètes










a. En extension et demi-pronation, pouce en dessus, pouce et doigts mobiles


20


15



20



10




b. En extension et pronation complète, doigts mobiles


25


20








c. En extension et pronation complète, doigts raidis


40


30


60


40


60


30




d. En extension et supination, suivant le degré de mobilité des doigts


40 à 50


30 à 40








e. En flexion et pronation, suivant le degré de mobilité des doigts


45 à 60


35 à 45



40



30




f. En flexion et supination, doigts mobiles


50


40 à 50



50



40




g. En flexion et supination, doigts ankylosés (perte de l'usage de la main)


60


45


65


50


65


40




Luxation










Luxation non réduite du poignet lorsqu'elle détermine une gêne fonctionnelle importante




60



60





Pseudarthrose (poignet ballant)










A la suite de larges résections ou de grandes pertes de substance traumatiques du carpe


40


30


65


20


65


10




Main botte, radiale ou cubitale










Consécutive à une large perte de substance d'un des os de l'avant-bras, suivant le degré de la déviation latérale et de la gêne apportée à la mobilité des doigts


20 à 40


15 à 30








AVANT-BRAS










Fractures (Voir ci-après)










a. Inflexion latérale ou antéro-postérieure des deux os avec gêne consécutive des mouvements de la main


5 à 15


4 à 12








b. Limitation des mouvements de torsion (pronation et supination) :










Pronation conservée, supination abolie


5 à 10


4 à 8



10



5




Pronation abolie, supination conservée


10 à 15


8 à 12



20 à 30



10 à 20




c. Suppression des mouvements de torsion avec immobilisation :










En demi-pronation, pouce en dessus


15


12








En pronation complète


25


20



40



30




En supination


35


25



50



40




Cals vicieux :










Extrémité inférieure du radius (pénétration des fragments impossible à corriger, avec lésions articulaires et tendineuses)





10 à 20



10




Pseudarthrose (curabilité opératoire, sinon)










a. Des deux os :










Serrée


10


8



30



20




Lâche (avant-bras ballant)


40


30


65


40


65


30




b. D'un seul os :










Serrée


0 à 5


4



10



10




Lâche


5 à 10


8



20



15




Amputation










Amputation de l'avant-bras


85


85








COUDE










L'amplitude en degrés des mouvements de flexion et d'extension du coude s'effectue :










a. Pour la flexion, depuis 180° (extension complète) jusqu'à 30° (flexion complète) ;
b. Pour l'extension, depuis 30° (flexion complète) jusqu'à 180° (extension complète)










Amplitude des mouvements de torsion (Voir Poignet)










Cicatrice du coude entravant l'extension complète










Extension limitée :










a. A 135°


10


8








b. A 90°


20


15



20



20




c. A 45°


40


30








d. En deçà de 45°, l'avant-bras étant maintenu en flexion à angle très aigu


50


40



60



60




Fractures (Voir ci-après)
Raideurs articulaires










a. Lorsque la partie du mouvement conservé évolue dans la position favorable :










Flexion active entre 110° et 75°


10


8



10



10




Flexion active entre 75° et la flexion complète


20


15



20



15




b. Lorsque la partie du mouvement conservé évolue dans la position défavorable :










Extension active de 110° à 180°


30


25



50



40




c. Mouvements de torsion (Voir Avant-bras)










Ankyloses complètes










Ce terme vise l'abolition des mouvements de flexion, d'extension, de pronation et de supination.
La position d'ankylose du coude est dite en "flexion", de 110° à 30° ; elle est dite "en extension", de 110° à 180°.










Position favorable :










En flexion entre 110° et 75°


35


25


60


30


60


20




En flexion à angle aigu à 45°


40 à 45


30 à 40


60


40


60


30




Cas extrême de flexion forcée où la main est appliquée contre l'épaule




65


60


65


50




Position défavorable :










En extension entre 110° et 180°


50


45


65


60


65


50




Ankyloses incomplètes
(Huméro-cubitale complète avec conservation des mouvements de torsion.)










a. Position favorable :










En flexion entre 110° et 75°


25


20








En flexion à angle aigu à 45°


30


25








b. Position défavorable :










En extension entre 110° et 180°


45


35








Fracture de l'olécrane










a. Cal osseux ou fibreux court, bonne extension, flexion peu limitée


5


4



10



5




b. Cal fibreux long, extension active complète, mais faible, flexion peu limitée


10


8








c. Cal fibreux long, extension active presque nulle, atrophie notable du triceps


20


15



20



10




Luxation










Luxation non réduite du coude




65



65





Pseudarthrose










Consécutive à de larges pertes de substance osseuse ou à des résections étendues du coude :










a. Coude mobile en tous sens, extension active nulle


30 à 40


25 à 30








b. Coude ballant


50


40


65


50


65


40




Désarticulation










Désarticulation du coude


90


90






BRAS










Fractures (Voir ci-après)










Consolidation avec déformation et atrophie musculaire
Le cal vicieux rentre dans ce cas


10 à 30


8 à 25



10 à 20 (1)



5 à 10




1) Le raccourcissement présente ici rarement par lui-même un inconvénient fonctionnel. Il n'en entraîne que s'il s'est prononcé au point de gêner le fonctionnement des muscles par rapprochement de leurs insertions. Dans les cas extrêmes, le taux d'invalidité peut atteindre 30 et 40 %





Pseudarthroses










Curabilité opératoire, sinon :










a. Au niveau de la partie moyenne du bras


40


30


65


40


65


30




b. Au voisinage de l'épaule ou du coude


50


40


65


50


65


40




Amputation










Amputation du bras


90


90






ÉPAULE










Cicatrices de l'aisselle limitant plus ou moins l'abduction du bras










a. Bras collé au corps


30 à 40


25 à 30



20 à 50



20 à 50




b. Abduction de 10 ° à 45 °


20 à 30


15 à 25








c. Abduction de 45 ° à 90 °


20


15








d. Abduction jusqu'à 90 °, mais sans élévation possible


10


8








Fractures (Voir ci-après)










Raideurs articulaires










Portant principalement sur la propulsion et l'abduction


10 à 30


8 à 25



10 à 20



10




Cas graves avec angle de mobilité conservé défavorable





30 à 35



20




Ankyloses complètes










Avec mobilité de l'omoplate


35


25


65


40


65


30




Avec fixation de l'omoplate










Sans complication


45


35


65


50


65


40




Avec complication de périarthrite douloureuse




65


60


65


60




Périarthrite chronique douloureuse










a. Suivant le degré de limitation des mouvements


5 à 25


4 à 20








b. Avec abolition des mouvements et atrophie marquée


35


25








Pseudarthrose










Consécutives à des résections larges ou à des pertes de substance osseuse étendues (épaule ballante)


60


45


65


50


65


40




Luxation










Luxation récidivante de l'épaule


10 à 30


8 à 25



40



30




Luxation non réduite de l'épaule




65



65





Amputations et désarticulations










Désarticulation de l'épaule ou amputation sous-tubérositaire


95


95






Amputation interscapulo-thoracique


95


95




Amputation de deux membres










Perte des deux membres supérieurs quel que soit le niveau


100 (1)


100 (1)


100 (1)




Amputation d'un membre supérieur et d'un membre inférieur quelle que soit leur combinaison


90 (1)


100 (1)


100 (1)





(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.
Il est à noter que pour une amputation d'un membre supérieur et d'un membre inférieur le décompte en infirmités multiples donne pour le barème de 1919 un taux supérieur à 90 %.




CLAVICULE










Fractures et luxations










a. Fracture :










- bien consolidée, cal plus ou moins saillant, raideurs de l'épaule


5 à 15


4 à 12








- consolidée dans des conditions normales, avec atrophie musculaire légère et sans périarthrite scapulo-humérale





1 à 5



1 à 2




- bien consolidée et compliquée de périarthrite





10 à 20



5 à 10




- consolidée par cal difforme avec compressions nerveuses (curabilité opératoire)










sinon voir titre Neuro-psychiatrie, Nerfs, cependant :










- avec simple fourmillement





30



20




- avec phénomènes douloureux, parésie localisée





40



30




- avec paralysie étendue





60



50




b. Fracture double :










- avec consolidation normale


10 à 30


8 à 25



10 à 20






- avec cals saillants, raideurs des épaules










- avec complication de périarthrite





30 à 50






c. Pseudarthrose





10 à 20



5 à 10




d. Luxation non réduite :










- externe


0 à 5


0 à 4








- interne


0 à 10


0 à 8








Muscles










a. Perte de substance musculaire, suivant qu'elle intéresse un ou plusieurs muscles, avec adhérences étendues à la peau ou aux plans profonds
b. Rupture complète ou partielle d'un muscle
c. Rupture complète ou partielle d'un tendon
(Pour a, b, c, voir raideurs articulaires, ankyloses)
d. Amyotrophie - voir Neuro-psychiatrie, Atrophies musculaires médullaires










Nerfs










Voir ci-dessous, titre Neuro-psychiatrie, Membre supérieur










Arthrites










Arthrites chroniques consécutives soit à des plaies articulaires avec ou sans lésions osseuses, soit à des accidents rhumatismaux infectieux ou tuberculeux (voir régions intéressées, raideurs articulaires, ankyloses, amputations)










Luxations










Raideurs articulaires consécutives par arthrite, périarthrite, ostéome, atrophie musculaire, irréduction ou irréductibilité (voir régions intéressés, raideurs articulaires, ankyloses, amyotrophie)










Luxation non réduite d'une grande articulation




65



65















DÉSIGNATION DES INFIRMITÉS


POURCENTAGE
d'invalidité


POURCENTAGE
prévu par les barèmes antérieurs




1887


1915







p. 100


p. 100


p. 100




B. - MEMBRE INFÉRIEUR







Les deux membres inférieurs sont considérés comme ayant une utilité fonctionnelle équivalente.







ORTEILS







Fractures (Voir ci-après)







Raideurs articulaires


0 à 5






Ankyloses complètes







Gros orteil







a. En mauvaise position d'hyperextension ou de flexion


10 à 15



15 à 20




b. En bonne position, c'est-à-dire en rectitude, dans le prolongement du pied


5



8 à 10




Autres orteils







a. En position défavorable (hyperextension, flexion, chevauchement sur les voisins)


0 à 15



7 à 15




b. En position rectiligne et favorable


0 à 5



3




En ce qui concerne les ankyloses en mauvaise position (hyperextension), lors d'orteils gênants et douloureux, l'ablation est tout indiquée et bénigne.







Amputations et désarticulations







Gros orteil







Une phalange


2



5




Deux phalanges


5



10




Deux phalanges et métatarsien


20


60


15 à 20




Ablation isolée







Autres orteils :







Une phalange


0



0




Un orteil dans sa totalité


0



3 à 5




Ablation simultanée







Gros orteil et deuxième


7



13 à 15




Gros orteil, deuxième et troisième


8



16 à 20




Deuxième, troisième et quatrième


4



9 à 15




Trois derniers


5



9 à 15




Tous les orteils, suivant l'état des cicatrices


20 à 30


60


30




Luxations







Luxation non réduite du gros orteil accompagnée de cicatrices adhérentes et de raideur des autres orteils



60





MÉTATARSE







Amputations et désarticulations







Un métatarsien


5



5 à 10




Les deux premiers


20


65


20




Deux métatarsiens



60





Les trois derniers métatarsiens


25


65


25




Tous les métatarsiens (Lisfranc)


30


65


30




TARSE







Fracture ou luxation des métatarsiens et du tarse, ou fracture et luxations combinées :







a. Plante du pied affaissée et douloureuse


10 à 20



10




b. Déviation du pied, en dedans ou en dehors, rotation (pied bot traumatique)


20 à 30






c. Pied bot traumatique, avec déformation considérable et fixe ; immobilité des orteils, atrophie de la jambe (impotence du pied)


30 à 50






Déformation par :







a. Fracture ou luxation de l'astragale




15 à 20




b. Fracture du calcanéum




5 à 30




c. Fracture ou luxation du scaphoïde




20 à 30




d. Fracture ou luxation des cunéiformes




15 à 25




e. Fracture ou luxation du cuboïde et des métatarsiens




20 à 30




Luxation non réduite des os du tarse lorsqu'elle détermine une gêne fonctionnelle importante



60





Cicatrices







Cicatrices de la plante du pied, incurvant la pointe ou l'un des bords


10 à 40






Exostoses







Talalgie chronique consécutive à des exostoses sous-calcanéennes


10 à 30



15 à 20




Si cette douleur permanente du talon était provoquée par une inflammation chronique des bourses séreuses sous et péri-calcanéennes, ou par une ostéite chronique localisée du calcanéum, même évaluation.







Désarticulations ou amputations







Médio-tarsienne (Chopart) :







a. Bonne attitude et mobilité suffisante du moignon


35






b. Mauvaise attitude par bascule du moignon avec marche sur l'extrémité du moignon :


40


65


30




c. Marche impossible sur le moignon



80





Sous-astragalienne (Pirogoff, Ricard) :







Amputation atypique intra-tarsienne


45


65


40




PIED







Articulation tibio-tarsienne







Les mouvements de flexion et d'extension de l'articulation tibio-tarsienne ont une égale amplitude équivalente à 40° environ dans chaque sens autour de l'angle droit.







Raideurs articulaires







a. Avec angle de mobilité favorable, le pied conservant des mouvements qui oscillent de 15° autour de l'angle droit


0 à 10



0 à 10




b. Avec angle de mobilité défavorable (pied talus ou équin)


10 à 30



10 à 30




Rupture tendineuse







La rupture du tendon d'Achille, dont la réparation se fait bien, dans un délai variable




10




Ankyloses complètes







a. A angle droit, sans déformation du pied et avec mobilité suffisante des orteils


10



15 à 20




b. A angle droit, avec déformation ou atrophie du pied, et gêne des mouvements des orteils


20 à 30


60


15 à 20




c. En altitude vicieuse du pied


30 à 45


65


30 à 50




Amputation et désarticulation







Désarticulation tibio-tarsienne (Syme, Guyon)


85






Amputation des deux pieds


85 (1)


100 (1)


100 (1)





(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.




JAMBE







Fractures (Voir ci-après)







Raideurs articulaires (Voir Genou, Pied)







Cals vicieux







A. - Consécutifs à des fractures malléolaires







a. Déplacement du pied en dedans :







Plante du pied tendant à regarder le pied sain, la marche et la station debout se faisant sur le bord du pied


20 à 40



30




b. Déplacement du pied en dehors :







Plante du pied basculant et regardant en dehors, la marche et la station debout s'effectuant sur la partie interne de la plante du pied, voire sur le bord interne


20 à 45



40 à 50




B. - Consécutifs à des fractures de la diaphyse







a. Consolidation rectiligne, avec raccourcissement de 3 à 4 centimètres, gros cal saillant atrophie plus ou moins accusée


15 à 25



25 à 30




b. Consolidation angulaire, avec déviation de la jambe en dehors ou en dedans, déviation secondaire du pied, raccourcissement de plus de 4 centimètres ; marche possible


30 à 40



40




c. Consolidation angulaire, ou raccourcissement considérable, marche impossible


60


65


50




C. - Consécutifs à des fractures de l'extrémité supérieure







Forts déviation angulaire, en avant ou latérale


30 à 50






Pseudarthrose







Pseudarthrose des deux os. Curabilité opératoire, sinon


60


65


60




Amputation







Amputation de la jambe


85






ROTULE







Fractures







a. Cal osseux ou fibreux court, bonne extension, flexion peu limitée


10



10




b. Cal fibreux long, extension active complète, mais faible, flexion peu limitée


20



30 à 40




c. Cal fibreux long, extension active presque nulle, atrophie notable de la cuisse


40



40 à 50




d. Pseudarthrose avec amyotrophie et conservation des mouvements




20




Ablation de la rotule (Patellectomie)







a. Avec genou libre, atrophie notable du triceps et extension insuffisante


30 à 40






b. Combinée à des raideurs du genou (voir ci-dessous)







Rupture tendineuse







La rupture du tendon rotulien, ou du ligament rotulien, étant presque toujours incomplète ne détermine qu'une gêne relative, mais certaine, qui peut être évaluée à




10




GENOU







L'amplitude en degrés des mouvements de flexion et d'extension du genou s'effectue :







a. Pour la flexion :







Depuis 180° (extension complète) jusqu'à 30° environ (flexion complète)







b. Pour l'extension :







Depuis 30° environ (flexion complète) jusqu'à 180° (extension complète)







Cicatrices du creux poplité







Entravant l'extension complète ; extension limitée







a. Entre 135° et 170°


10 à 30






b. Entre 90° et 135°


30 à 50






c. Jusqu'à 90° au moins


50 à 60



60




Fractures (Voir ci-après)







Raideurs articulaires


5 à 30






a. Avec angle favorable de la verticale à 25° ou 45°




10 à 20




b. Avec angle défavorable




20 à 30




Ankyloses complètes







La position d'ankylose du genou est dite en extension de 180° à 135°.
Elle est dite en flexion de 135° jusqu'à 30°.







a. Position favorable :







En extension complète à 180° ou presque complète jusqu'à 135°


35


60


30 à 40




b. Position défavorable :







En flexion, c'est-à-dire à partir de 135° jusqu'à 30°


60


65


60




Hydarthrose







Hydarthrose chronique à poussées récidivantes, avec amyotrophie marquée


10 à 30



10 à 20




Hydarthrose chronique double volumineuse avec amyotrophie bilatérale


30 à 40






Fractures







a. De l'extrémité inférieure du fémur.







b. De l'extrémité supérieure du tibia.







c. Combinées.







Voir Raideurs articulaires, Ankyloses.







Cals vicieux







a. Déterminant après ankylose en extension le genu valgum, où la jambe s'incline en dehors


50


65


50




b. Déterminant après ankylose en extension le genu varum, où la jambe s'incline en dedans


50


65


50




Luxation







Luxation non réduite du genou



65





Pseudarthrose







Consécutive à une résection du genou :







a. Si le raccourcissement ne dépasse pas 6 centimètres et si le genou n'est pas ballant


50






b. Genou ballant


60


65


50




Désarticulation







Désarticulation


90






CUISSE







Fractures







a. Extrémité inférieure du fémur (voir Genou).







b. Diaphyse :







Raccourcissement de 1 à 4 centimètres, sans lésions articulaires ni atrophie musculaire


5 à 10



10 à 20




Raccourcissement de 3 à 6 centimètres, avec atrophie musculaire moyenne, sans raideurs articulaires


20



20 à 40




Raccourcissement de 3 à 6 centimètres, avec raideurs articulaires accusées


30



20 à 40




Raccourcissement de 6 à 12 centimètres, avec atrophie musculaire moyenne, raideurs articulaires


30 à 50






Raccourcissement de 6 à 12 centimètres, avec déviation angulaire externe, atrophie musculaire très accusée et la flexion du genou ne dépassant pas 135°


60



50




c. Tiers supérieur, région trochantérienne et col :







- raccourcissement constant et prononcé, limitation des mouvements de l'articulation coxo-fémorale, surtout dans l'abduction




60




- raccourcissement de plus de 10 centimètres, déviation angulaire externe, raideur de la hanche


60 à 65



70




Cal vicieux







Consolidant en crosse une fracture sous-trochantérienne et accompagné de grand raccourcissement et de douleurs


70



70




Luxation







Luxation non réduite de la hanche



65





Pseudarthrose







Curabilité opératoire, sinon


60


65


60




Amputations







a. Sous-trochantérienne


95






b. A un niveau inférieur


90





HANCHE







Fractures (Voir ci-après)







Raideurs articulaires


15 à 30






- lorsque la partie du mouvement conservé s'exécute suivant un angle favorable, soit un angle de flexion de 45 ° partant de la verticale




15 à 20




- cas opposés




30 à 35




Ankyloses complètes







a. En rectitude


75


60


40 à 50




b. En mauvais attitude (flexion, adduction, abduction, rotation)


85


65


60 à 70




c. Des deux hanches


100 (1)



100 (1)





(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.
Il est à noter que pour une amputation d'un membre supérieur et d'un membre inférieur le décompte en infirmités multiples donne pour le barème 1919 un taux supérieur à 90 %.




Pseudarthroses







Consécutive à de grandes pertes de substance osseuse


70


65


70




Désarticulation







Désarticulation


95


80


80




Amputations des deux membres







D'un membre supérieur et d'un membre inférieur quelle que soit leur combinaison


90 (1)


100 (1)


100 (1)




Amputation des deux membres inférieurs


100 (1)


100 (1)


100 (1)





(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite, soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.
Il est à noter que pour une amputation d'un membre supérieur et d'un membre inférieur le décompte en Infirmités multiples donne pour le barème 1919 un taux supérieur à 90 %.




Muscles







a. Perte de substance musculaire, suivant qu'elle intéresse un ou plusieurs muscles, avec adhérences étendues à la peau ou aux plans profonds







b. Rupture complète ou partielle d'un muscle.







c. Rupture complète ou partielle d'un tendon :







- du tendon d'Achille, dont la réparation se fait bien dans un délai variable




10




- du tendon rotulien ou du ligament rotulien, rupture presque toujours incomplète ne déterminant qu'une gêne relative mais certaine




10




(Pour a, b, c, voir raideurs articulaires, ankyloses.)




10




d. Amyotrophie (voir Neuro-psychiatrie, Atrophies musculaires médullaires)







Nerfs







Voir titre Neuro-psychiatrie, Névrites périphériques







Arthrites







Arthrites chroniques consécutives soit à des plaies articulaires avec ou sans lésions osseuses, soit à des accidents rhumatismaux, infectieux ou tuberculeux (voir régions intéressées, raideurs articulaires, ankyloses, amputations).







Luxations







Raideurs articulaires consécutives par arthrite, périarthrite, atrophie musculaire, irréduction ou irréductibilité (voir régions intéressées, raideurs articulaires, ankyloses, amyotrophie).







Luxation non réduite d'une grande articulation



65





TITRE II
VAISSEAUX










se reporter au titre Affections cardio-vasculaires, Vaisseaux







VARICES













se reporter au titre Affections cardio-vasculaires, Vaisseaux







TITRE III
NEURO-PSYCHIATRIE




- 1 - NERFS PÉRIPHÉRIQUES







1° Lésions traumatiques







Les paralysies par lésion traumatique d'un nerf périphérique ne peuvent être considérées comme définitives qu'au bout de plusieurs années. On doit se rappeler que, dans la plupart de ces paralysies, aussi bien dans les cas de traumatisme sans section nerveuse complète que dans les cas de section nerveuse ayant subi une restauration chirurgicale correcte, on est en droit d'attendre le plus souvent une amélioration progressive, voire même, une guérison à peu près complète.
L'atrophie musculaire, la réaction de dégénérescence, l'anesthénie cutanée, les troubles trophiques, etc., ne sont pas des signes d'incurabilité ; ces symptômes traduisent simplement un état d'interruption nerveuse susceptible souvent d'une régression spontanée ou d'une restauration chirurgicale.
Les taux d'invalidité indiqués par le barème s'appliquent à des paralysies totales et complètes, c'est-à-dire atteignant d'une façon complète la totalité des muscles animés par le nerf intéressé.
En cas de paralysie incomplète, parésie ou simple affaiblissement, comme en cas de paralysie partielle respectant une partie des muscles innervés, le taux d'invalidité subit naturellement une diminution proportionnelle.
Au contraire, l'association de troubles névritiques, douleurs, raideurs, rétractions fibreuses, troubles trophiques, aggrave plus ou moins l'impotence et légitime une majoration du taux d'invalidité.
La réaction causalgique, en particulier, plus souvent observée dans les blessures des nerfs médian et sciatique poplité externe, mais qui peut s'associer aux lésions de tous les autres nerfs, comporte à elle seule une invalidité très élevée, en raison des douleurs intolérables provoquées par la moindre excitation. Mais il faut savoir que les causalgies, ainsi du reste que la plupart des troubles névritiques, ont une tendance habituelle à la guérison spontanée en quelques mois ou en quelques années.

















DÉSIGNATION DES INFIRMITÉS


POURCENTAGE
d'invalidité


POURCENTAGE
prévu par les barèmes antérieurs




Côté droit


Côté gauche


Côté droit


Côté gauche




1887


1915


1887


1915







p. 100


p. 100


p. 100


p. 100


p. 100


p. 100




A. MEMBRE SUPÉRIEUR (1)
(1) Il est rappelé qu'en cas de paralysie incomplète ou partielle, les taux fixés à ce paragraphe doivent être abaissés et rationnellement calculés d'après le degré de la gêne fonctionnelle.










Paralysie totale d'un membre supérieur


90


65


70


65


60




Paralysie radiculaire supérieure Duchenne-Erb comprenant deltoïde, biceps, brachial antérieur, coraco-brachial, long supinateur


55


45



20



10




Paralysie radiculaire inférieure (type Klumpke) comprenant les muscles fléchisseurs des doigts ainsi que les petits muscles de la main


60


50



30



20




Paralysie isolée du nerf sous-scapulaire (muscle grand dentelé)


15


10



15



10




Paralysie du nerf circonflexe


25


20



20



10




Paralysie du nerf musculo-cutané (biceps), cette paralysie permet cependant la flexion de l'avant-bras sur le bras par le long supinateur


20


15



50



40




Paralysie du nerf médian :










a. Au bras (paralysie des muscles antibrachiaux)


50


40



50



40




b. Au poignet (paralysie de l'éminence thénar, anesthésie)


20


10



20



10




Paralysie du nerf cubital :










a. Au bras (muscles antibrachiaux et muscles de la main)


30


30



50



40




b. Au poignet (muscles de la main, interosseux), l'impotence est sensiblement la même quel que soit le siège de la blessure


20


20



10 à 15



10




Paralysie du nerf radial :










a. Lésion au-dessus de la branche du triceps


50


40



60



50




b. Lésion au-dessous de la branche du triceps (paralysie classique des extenseurs)


40


30






Paralysie associée du médian et du cubital


50


50








Syndrome de paralysie du sympathique cervical (Claude Bernard-Horner), myosis enophtalmie, rétrécissement de la fente palpébrale, majoration de


5 à 10








Syndrome d'excitation du sympathique cervical (Pourfour-Du Petit), mydriase exophtalmie, majoration de


5 à 10








Ulcérations persistantes, troubles trophiques cutanés, majoration de


5 à 20








Réaction névritique (douleurs, raideurs, rétractions fibreuses, troubles trophiques, etc.), majoration de


10 à 40








Réaction causalgique, majoration de


20 à 60








B. MEMBRE INFÉRIEUR (1)
(1) Il est rappelé qu'en cas de paralysie incomplète ou partielle, les taux fixés à ce paragraphe doivent être abaissés et rationnellement calculés d'après le degré de la gêne fonctionnelle.



Barème 1887


Barème 1915




Paralysie totale d'un membre inférieur


90


65


60




Paralysie complète du nerf sciatique


40






Paralysie du nerf sciatique poplité externe


30



20




Paralysie du nerf sciatique poplité interne


20






Paralysie du nerf crural


50



40 à 50




Paralysie du nerf obturateur


10 à 20






Ulcérations persistantes, troubles trophiques cutanés, majoration de


5 à 20






Réactions névritiques, majoration de


10 à 40






Réactions causalgiques, majoration de


20 à 60
















DÉSIGNATION DES INFIRMITÉS


POURCENTAGE
d'invalidité


POURCENTAGE
prévu par les barèmes antérieurs




1887


1915




p. 100


p. 100


p. 100




2e Névrites périphériques
Névralgies







Les mononévrites, névrites spontanées d'un tronc nerveux, d'origine toxique ou infectieuse, sont assimilables aux paralysies traumatiques des mêmes nerfs, complètes ou incomplètes, totales ou partielles. Elles comportent les mêmes aggravations et majorations d'invalidité en rapport avec l'association des symptômes névritiques, douleurs, troubles trophiques, rétractions fibrotendineuses, raideurs articulaires ou même réaction causalgique.







Elles ne peuvent également être considérées comme définitives qu'au bout de plusieurs années, car elles ont, comme les lésions traumatiques, une tendance à peu près constante à l'amélioration ou à la guérison progressive. Elles déterminent cependant avec une certaine fréquence, des séquelles durables ou définitives, par les troubles trophiques : rétractions, raideurs ou déformations plus ou moins irréductibles.







Les polynévrites, toxiques, dyscrasiques ou infectieuses, sont également des syndromes essentiellement curables. Les troubles fonctionnels qu'elles déterminent ne peuvent donc être considérés comme définitifs qu'au bout d'un temps quelquefois très prolongé. Ces troubles fonctionnels durables peuvent consister dans la persistance des paralysies, des atrophies musculaires, ou de douleurs, mais plus souvent, il s'agit uniquement de séquelles névritiques : raideurs articulaires, troubles trophiques ou rétractions fibrotendineuses, telles que l'équinisme ou la griffe des orteils.







Les polynévrites peuvent s'accompagner de troubles mentaux passagers ou durables parfois même chroniques, à type de confusion mentale, pour l'évaluation desquels on se reportera au chapitre relatif à la confusion mentale.







Un grand nombre de polynévrites sont d'origine alcoolique et ne sont, par conséquent, pas imputables au service.







A. Polynévrites à prédominance motrice nettement caractérisée







Paralysie double antibrachiale des extenseurs


40 à 70 (1)






Paralysie bilatérale des muscles de la main fléchisseurs des doigts


50 à 80 (1)






Paralysie bilatérale des extenseurs du pied et des orteils avec steppage


30 à 50 (1)






Paralysie bilatérale du triceps crural


40 à 50 (1)






Paraplégie polynévritique complète


60 à 80 (2)






Paralysie des quatre membres


60 à 100 (3)






B. Polynévrites sensitivo-motrices douloureuses







Forme habituelle paraplégique


40 à 80 (2)






Forme quadriplégique


60 à 100 (3)






Séquelles névritiques, pieds varus équin avec griffe fibreuse des orteils


30 à 50






(1) A moins que la dissociation de l'infirmité en ses différents éléments donne un pourcentage plus élevé par suite soit du mode de décompte du taux de la pension, soit du droit au bénéfice des dispositions des articles L. 125-11 et L. 132-1 à L. 132-3.
(2) Voir ci-dessous pour l'indemnisation de la paraplégie.
(3) Voir ci-dessous pour l'indemnisation de la quadriplégie.







C. Polynévrites à prédominance sensitive







Pseudo-tabès névritique


30 à 70






D. Névrites chroniques progressives







Les névrites chroniques progressives (névrites du type Charcot-Marie, névrite hypertrophique du type Déjerine-Sottas, etc.) sont en général des maladies familiales, apparaissant dans l'enfance ou l'adolescence et subissant une aggravation lentement progressive.
Par définition, elles ne sont, dans la plupart des cas, pas imputables au service. Cependant, on a décrit de ces affections quelques cas sans hérédité ni caractère familial et d'apparition tardive (névrite hypertrophique de l'adulte), qui pourraient à la rigueur être susceptibles d'une indemnisation.
L'invalidité dans ces affections ne doit pas être évaluée d'après l'étendue et l'intensité de l'atrophie musculaire, mais uniquement d'après l'impotence fonctionnelle qui ne lui est pas toujours parallèle.
En effet, dans certains cas, sans troubles sensitifs graves l'impotence est souvent beaucoup moins accusée que ne laisserait supposer l'aspect de l'atrophie musculaire.
Dans d'autres cas, au contraire (type Déjerine-Sottas), l'impotence se trouve sensiblement aggravée par la coexistence de troubles de la sensibilité et particulièrement de la sensibilité profonde avec incoordination motrice.
Pour l'évaluation de l'invalidité il y aura lieu de se rapporter par comparaison au barème ci-dessus établi pour les polynévrites.





































3° Algies
L'appréciation de l'invalidité provoquée par les névralgies est un problème des plus délicats. Les névralgies sont en effet des troubles essentiellement subjectifs, qui mettent en cause le degré de sincérité du malade, sa suggestibilité, son coefficient de tolérance, d'émotivité ou de pusillanimité.
Il importe par conséquent de rappeler les principes directeurs suivants :
a) Un grand nombre de névralgies sont symptomatiques, en rapport avec une lésion organique quelconque (névrites spontanées ou traumatismes des nerfs, compressions ou inflammations des troncs nerveux par lésion articulaire ou osseuse de voisinage, radiculites, myélites ou méningo-myélites, etc.).
L'invalidité dans ces cas est essentiellement fonction de la lésion organique causale (mal de Pott, rhumatisme vertébral, arthrite de la hanche, compression nerveuse, blessure des nerfs, etc.). Les douleurs névralgiques n'interviennent alors que comme un facteur surajouté, légitimant une majoration de l'invalidité proportionnelle à leur intensité.
b) La plupart des névralgies essentielles, c'est-à-dire traduisant une irritation primitive des troncs nerveux par quelques processus irritatif, toxique ou infectieux, sont des syndromes habituellement curables. On ne peut les considérer comme définitives qu'après plusieurs années.
c) Il existe dans presque tous les cas des signes objectifs tantôt évidents, tantôt très discrets, qu'il importe de rechercher minutieusement, comme signes d'authenticité de la névralgie : modifications des réflexes, troubles objectifs de la sensibilité, attitudes révélatrices, atrophies musculaires, discordances motrices, réactions électriques anormales, etc.
d) L'invalidité, momentanée ou persistante, doit être appréciée en fonction à la fois de l'intensité et de l'extension des névralgies, de la gêne fonctionnelle apportée au travail et du retentissement possible sur l'état général. Elle est donc infiniment variable selon les cas, selon les réactions du malade et selon même les périodes de la maladie.
Voici, à titre d'exemple, l'étude des différents degrés d'invalidité dans la névralgie sciatique.







Névralgie sciatique







Il s'agit uniquement des sciatiques persistantes ; les crises aiguës de sciatique ne peuvent être considérées autrement que comme des affections épisodiques, non indemnisables :







a. Névralgie sciatique légère, confirmée (en dehors du signe de Lasègue et des points douloureux) par l'existence de signes objectifs, modifications du réflexe achilléen, atrophie musculaire, scolioses, etc. mais sans trouble grave de la marche


10 à 20






b. Névralgie sciatique, d'intensité moyenne, avec signes objectifs manifestes, gêne considérable de la marche et du travail


25 à 40






c. Névralgie sciatique grave, rendant le travail et la marche impossibles nécessitant souvent le séjour au lit


45 à 60






d. Névralgie sciatique compliquée de réaction causalgique plus ou moins intense ou de retentissement sur l'état général


40 à 80






- 2 - RACINES ET GANGLIONS RACHIDIENS







A. Radiculites







On réserve le nom de radiculites aux syndromes névralgiques en rapport avec l'inflammation des racines rachidiennes dans leur traversée méningée.
Cette définition les distingue des syndromes radiculaires qui accompagnent les myélites et méningo-myélites, les compressions de la moelle ou de la queue de cheval, les lésions vertébrales comme le mal de Pott ou le cancer vertébral, ou qui traduisent les lésions traumatiques, les compressions ou irritations des plexus nerveux en dehors de la colonne vertébrale.
Les radiculites d'origine toujours infectieuse (syphilis, tuberculose, infections diverses) sont caractérisées par la distribution radicalaire des symptômes, par la prédominance habituelle des douleurs et des troubles objectifs de la sensibilité sur les symptômes moteurs et trophiques plus discrets, par le retentissement douloureux de l'effort, de la toux et de l'éternuement, par l'existence habituelle d'une certaine réaction méningée.
L'invalidité qu'elles comportent est, dans la plupart des cas, assimilable à celles des névralgies. Plus rarement l'existence de troubles moteurs permet de les assimiler aux paralysies du plexus brachial ou des racines de la queue de cheval. (Voir Névralgies ou Paralysies.)







B. Zona







L'association rare de troubles trophiques légitimerait la majoration habituelle des "réactions névritiques". (Voir Nerfs périphériques.)
Le zona ne comporte d'indemnisation que dans les cas de névralgie persistante ou de troubles trophiques consécutifs du zona.
Ces névralgies persistantes sont très rares chez les jeunes sujets, mais relativement fréquentes chez les sujets âgés.
L'invalidité qui en résulte est essentiellement variable suivant le siège de la névralgie, son extension, son intensité et son retentissement sur l'état général.
Pour les reliquats divers, voir chapitres spéciaux.







- 3 - COLONNE VERTÉBRALE







(Voir Cou ainsi que le guide-barème applicable aux infirmités et maladies contractées pendant l'internement ou la déportation).







1° Lésions traumatiques







Le rachis peut être atteint de lésions traumatiques patentes ou latentes.
Les fractures et luxations latentes ne sont pas exceptionnelles bien que souvent la radiographie les révèle seule ; il y a lieu d'en tenir compte, car elles sont susceptibles d'entraîner soit une fragilité anormale qui doit empêcher d'exercer toute profession de force, soit une ankylose progressive qui peut être relativement tardive.
Les lésions évidentes peuvent déterminer de simples déviations peu importantes. Elles ne prennent de l'importance que quand elles déterminent des douleurs névralgiques (d'origine généralement radiculaire) ou des immobilisations. Elles deviennent très importantes quand elles provoquent une compression de la moelle ou de la queue de cheval.







Fractures et luxations latentes (voir note ci-dessus) [sans trouble aucun ou avec douleurs ou paralysie initiales et passagères]


10 à 30



10 à 20




Déviation scoliotique ou cyphotique :







Non douloureuse


0 à 9






Douloureuse : il existe dans presque tous les cas des signes objectifs, tantôt évidents, tantôt très discrets, qu'il importe de rechercher minutieusement comme signes d'authenticité de la douleur : modification des réflexes, troubles objectifs de la sensibilité, attitudes révélatrices, atrophies musculaires, discordances motrices, réactions électriques anormales, etc. :







a. Douleurs ostéo-articulaires : pesanteurs, tiraillements plus ou moins continus localisés au rachis, calmés par le repos


10 à 20






b. Douleurs à forme de névralgies radiculaires, douleurs violentes, intermittentes ou paroxystiques, lancinantes, irradiant le long des nerfs intercostaux ou des nerfs des membres (suivant fréquence des crises)


15 à 40






Immobilisation partielle de la tête et du tronc (avec ou sans déviation) :







Sans douleurs


1 à 15






Avec douleurs :







Douleurs ostéo-articulaires


15 à 25






Douleurs névralgiques


20 à 40






Immobilisation avec déviation très prononcée et en position très gênante


45


65


20 à 50




Ankylose étendue après traumatisme vertébral :







Souvent tardive après période de méditation :
"spondylites traumatiques", maladies de Kummel.







"cyphoses traumatiques" (selon douleurs et gêne fonctionnelle)


20 à 50



20 à 50




Paraplégie par traumatisme médullaire (évaluée avec les blessures de la moelle).
Notons que la paralysie par lésion de la queue de cheval est plus souvent curable.
Hémiplégie spinale (souvent légère) :
Hémiplégie vraie (membre supérieur souvent plus atteint que l'inférieur) "évaluée avec les blessures de la moelle", (suivant côté et intensité).
Monoplégie d'un membre inférieur (Voir Encéphale)







2° Lésions non traumatiques







Des lésions non traumatiques peuvent être justiciables d'une indemnisation à la suite soit des fatigues du service, soit des traumatismes reçus qui auront pu jouer le simple rôle d'épine irritative ou créer un locus minoris resistentiae : il en est ainsi pour les maladies ankylosantes (rhumatisme, spondyloses), les localisations ostéo-myélitiques ou tuberculeuses au rachis, etc.







Attitude vicieuse après affections longuement douloureuses (sciatique, etc.). [suivant persistance ou non des douleurs]


5 à 15






Rhumatisme vertébral :







Immobilisation douloureuse de la région lombaire (lombarthrose) selon le degré d'immobilisation et de douleurs


5 à 25






Immobilisation douloureuse de la région cervicale


5 à 25






Avec douleurs à forme névralgique irradiées le long des membres supérieurs ou inférieurs à forme de névrite brachiale ou crurale


20 à 40






Spondylose rhizomélique (immobilisation du rachis, des hanches et des épaules) : l'immobilisation est limitée à la région lombaire, elle est modérément douloureuse, la mobilité des hanches n'est pas très réduite


20 à 30






L'immobilisation porte sur toute la hauteur du rachis et sur les hanches (avec ou sans limitation de la mobilité des épaules)


30 à 80






Dans le premier cas, il peut y avoir lieu de retarder l'indemnisation définitive, car il ne s'agit souvent que d'un premier degré.







Séquelles d'ostéo-arthrite vertébrale infectieuse (suivant déviation, immobilisation ou douleurs)


15 à 35






Mal de Pott







Voir l'évaluation des tuberculoses osseuses et articulaires, suivant que les lésions sont ou non consolidées.
Bien entendu, s'il y a paraplégie, l'indemnisation doit être celle des paraplégies médullaires complètes ou incomplètes. Si la paraplégie tient à une lésion située au-dessous de la première lombaire, il s'agit d'une paraplégie par lésion de la queue de cheval, généralement plus curable.










3° Anomalies vertébrales







Les anomalies vertébrales (anomalies d'occlusion du rachis : spina bifida, vices de différenciation régionale, sacralisation, lombalisation, côtes cervicales, etc. ; syndromes de réduction numérique) ne donnent pas lieu à indemnisation, sauf s'il est survenu au cours du service une complication cliniquement incontestable et évidemment imputable au service.







Anomalies vertébrales sans complications


0






Avec complications imputables au service : douleurs, paralysies, troubles vaso-moteurs ou trophiques (à évaluer suivant les cas).
a. Comme les douleurs par traumatisme vertébral (à évaluer suivant les cas) ;
b. Comme les paral
Article Annexe 2 (suite)
 
– 14 – TROUBLES PSYCHIQUES DE GUERRE
(Voir également le guide-barème applicable aux infirmités et maladies contractées pendant l'internement ou la déportation).
Chapitre Ier : Principes généraux de l'expertise psychiatrique
Section A Terminologie
Un certain nombre de notions seront proscrites en raison de leur absence de signification précise, de leur coloration moralisatrice, voire péjorative : par exemple, la dystonie neurovégétative, le pithiatisme, la sinistrose.
Le recours à des entités nosologiques archaïques ou ayant un sens quasi injurieux dans le langage courant, telles que neurasthénie, psychasthénie, spasmophilie, hystérie, paranoïa, débilité ou folie intermittente, sera soigneusement évité. A cet égard, l'expert tiendra compte du fait que le sujet est détenteur du libellé de son diagnostic et que, notamment, il pourra être amené à montrer son carnet de soins à des tiers.
Aucune expertise ne se réduira à de simples données d'examen ni à des conclusions diagnostiques. Celles-ci devront s'appuyer sur une démarche logique, rigoureuse, claire, aisément compréhensible par tous.
Le dossier antérieur, les allégations de toutes origines feront l'objet d'une étude approfondie et critique. Ainsi, l'existence d'erreurs antérieures manifestes devra être signalée et rectifiée.
La classification internationale des maladies de l'Organisation Mondiale de la Santé, ci-après désignée par les initiales CIM, utilisée dans la partie analytique du barème doit être considérée par l'expert comme un outil de base ; il s'y reportera pour la conformité de ses conclusions diagnostiques. Le glossaire de cette CIM permet de définir sans ambiguïté l'ensemble de la terminologie sémiologique et syndromique.
Une des erreurs logiques le plus fréquemment rencontrée et qui est absolument inacceptable consiste à attribuer à un état antérieur des désordres psychiques qui ne sont pas entièrement expliqués par le service (fait survenu par le fait du service ou à l'occasion du service).
Il convient, quand cette situation se présente :
– de décrire cet état, préciser en quoi il est pathologique et comment il a évolué ;
– de démontrer le mode exact de relation avec le trouble présenté (aggravé ou nouveau) par un raisonnement pathogénique. Il est des cas (comme la névrose traumatique par exemple) où :
– il n'existe aucun état pathologique antérieur ;
– une vulnérabilité préexistante n'a aucun rapport avec la survenue d'un syndrome psycho-traumatique ;
– une vulnérabilité psychique a pu simplement assombrir le pronostic du syndrome, sans l'expliquer d'aucune manière.
La notion d'une causalité directe et déterminante avec le ou les faits de service suffit à établir l'imputabilité au service. La discussion doit s'appuyer sur une véritable argumentation. Ainsi, la négation de l'existence d'un trouble ne saurait uniquement reposer sur le caractère subjectif de l'expression des plaintes : de même, la négation d'un lien avec le service ne saurait se fonder seulement sur le délai écoulé jusqu'à l'apparition des troubles ou sur l'absence de documents médicaux contemporains des faits évoqués.
Section B Classification des infirmités
Il est précisé qu'en pratique, sous le terme de désordres psychiques, la CIM décrit des syndromes.
Par syndrome, il faut entendre l'ensemble des symptômes existant conjointement et constituant un état pathologique reconnaissable.
Dans toute la mesure du possible, les symptômes seront groupés en syndromes car ils ne constituent pas chacun une infirmité distincte.
Un sujet peut présenter plusieurs syndromes, car ceux-ci ne sont pas exclusifs : par exemple, un syndrome dépressif récurrent et un état de stress post-traumatique (névrose traumatique).
Seront évités les amalgames hétéroclites tels que colopathie et dystonie neurovégétative, qui obscurcissent l'expertise et sont préjudiciables à une juste réparation.
Section C Conditions d'examens du sujet en expertise
Elles sont extrêmement importantes pour assurer la validité de l'évaluation clinique des conclusions et l'optimisation de la réparation : elles déterminent les attitudes des intéressés à l'égard de l'administration.
L'accueil du postulant, les conditions matérielles de l'examen doivent faire l'objet d'une grande attention, permettant au sujet d'être considéré avec le respect dû à tout citoyen et non comme un être anonyme, objet d'une procédure de routine.
L'attitude de l'expert doit être bienveillante, empreinte d'une certaine neutralité, et dépourvue de suspicion a priori. Il n'est pas de domaine médico-légal où l'expertise doive être plus strictement individualisée que dans celui de la discipline psychiatrique. Lors des examens médicaux, l'expert accomplit une tâche qui comporte indirectement une dimension thérapeutique.
Un examen psychiatrique est nécessairement long (d'une durée qui ne saurait être inférieure à trois quarts d'heure). Il existe parfois plusieurs entretiens (deux à trois), sans compter les examens psychologiques souvent nécessaires et les examens paracliniques éventuels.
Les témoignages des proches (famille, entourage) et/ou du médecin traitant seront éventuellement demandés par les moyens autorisés par la législation (y compris les enquêtes de notoriété).
Il peut être utile d'indiquer à l'intéressé, sans pour autant lui lire les documents, le sens des conclusions, même si elles lui sont défavorables. Ceci permet d'éviter très souvent des griefs ultérieurs.
Section D Conclusions
En matière d'établissement de la preuve d'imputabilité par expertise psychiatrique, il n'est pas toujours possible en pratique de réunir les preuves classiques qui permettent d'affirmer sans ambages l'imputabilité (documents d'origine, fait unique de service immédiatement constaté, etc.).
Dans les cas des névroses traumatiques de guerre, les difficultés pour l'établissement de la preuve peuvent résulter, d'une part, du fait que les sujets se confient parfois très difficilement à autrui, fût-il médecin, et, d'autre part, parce que le constat se fait avec des délais d'apparition assez souvent retardés. Il s'ensuit que l'expertise médicale peut accéder au rang d'élément parfois décisif de preuve, fondée sur la rigueur de l'argumentation.
Par son métier, l'expert connaît les différents types d'enchaînement causal affirmables pour tel ou tel trouble. Il lui appartient de les expliciter clairement afin d'être compris de tous et de faire en sorte que ses conclusions soient étayées par une argumentation médicale qui en justifie les termes. Ainsi, les autorités seront à même d'apprécier si, de l'ensemble des éléments du dossier, se dégage une force probante suffisante pour former leur conviction et de décider, en motivant leur décision sur ce point, que la preuve d'imputabilité est établie.
Chapitre II : Aspects cliniques
Section A Psychosyndrome traumatique (névrose traumatique)
La névrose traumatique de guerre (ou en relation avec des catastrophes naturelles ou tout autre événement exceptionnel à caractère individuel ou collectif) doit être considérée comme une blessure et ne peut être assimilée, d'un point de vue structural, aux états névrotiques au sens classique attribué à ce terme en psychopathologie, qui constituent des maladies. Cependant, dans le cadre du travail d'expertise, elle constitue, comme les séquelles psychiques d'accidents ou de catastrophes du temps de paix, un état pathologique consécutif à des situations particulières (non exclusif de la possible association avec une agression physique contemporaine) ou lié à l'exposition à des situations de danger, soit exceptionnelles, soit apparemment banales, mais comportant toujours des répercussions psychologiques pour le sujet.
Le mode évolutif de la névrose traumatique (principalement de guerre) et le rapport très particulier que le malade y entretient avec ses symptômes ont deux conséquences qui méritent d'être soulignées : le point de départ des troubles est rarement mentionné dans les documents médico-administratifs contemporains de l'événement traumatisant ; le moment où il fait l'objet de plaintes de la part du patient peut être très tardif, après des années d'évolution.
L'événement traumatisant a, quand il s'est produit, souvent été minimisé par l'intéressé ou est passé inaperçu. C'est seulement dans les cas, peu nombreux, où il a été immédiatement suivi d'un épisode de bouleversement psychologique que l'on en trouve parfois une mention explicite dans les divers documents établis à cette occasion.
Du reste, le délai qui sépare l'événement traumatisant de l'apparition du syndrome de répétition peut être de plusieurs années : c'est la classique période de latence.
De surcroît, les sujets ne viennent se confier au médecin que lorsque les troubles entraînent pour eux une gêne ou une souffrance majeure, c'est-à-dire, dans de nombreux cas, longtemps après leur installation.
La gêne fonctionnelle résulte de la conjonction de l'importance relative des symptômes spécifiques (syndrome de répétition) avec d'autres manifestations éventuelles (cf. " troubles névrotiques " et " troubles de la personnalité " ).
Taux d'invalidité à évaluer en fonction de l'intensité du syndrome de répétition, notamment des troubles du sommeil et de la gêne provoquée par les autres symptômes : cf. CHAPITRE III.
Section B Troubles névrotiques
Ces troubles sont constitués de syndromes généralisés (états anxieux) ou plus limités (symptômes de conversion) dont l'apparition ou l'aggravation peut être contemporaine ou succéder à des faits de service ayant ou non entraîné, à l'époque où ils sont survenus, des manifestations psychiques aiguës (du type des troubles psychiques de guerre, par exemple).
D'évolution généralement labile, ils persistent et se fixent durablement dans certains cas. Ils représentent un handicap (conversion) ou une réduction des capacités adaptatives (phobies) pour le sujet, dont l'existence se réorganise d'une façon plus ou moins intense, proportionnellement à la gène fonctionnelle.

1. Troubles phobiques :
– agoraphobie avec ou sans crises d'angoisse paroxystique ;
– phobies sociales ;
– phobies spécifiques (isolées).
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
2. Troubles anxieux :
– crises d'angoisse paroxystique ;
– troubles anxieux généralisés ;
– troubles anxio-dépressifs (sans prédominance marquée, ni troubles anxieux ou dépressif associés).
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
3. Troubles obsessionnels :
Ces troubles peuvent être caractérisés par la prévalence de manifestations soit obsessionnelles, soit compulsives, soit associées, dans un tableau correspondant à la classique névrose obsessionnelle.
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
4. Manifestations de conversion :
La non-existence d'une lésion anatomique ou fonctionnelle susceptible d'être entièrement à la source des symptômes est indispensable à l'affirmation du diagnostic de conversion. Toutefois, il convient de rappeler que si certains antécédents (traumatismes physiques ou blessures) ou affections médicales (arthrose) ne rendent pas compte des symptômes dans une corrélation anatomo-clinique, ils peuvent par contre constituer des points d'appel à partir desquels se développent les manifestations de conversion suivantes :
– troubles mnésiques ( " amnésie " , état stuporeux) ;
– troubles sensitifs et sensoriels (anesthésies, cécité, surdité) ;
– troubles majeurs (paralysies, contractures) ;
– autres symptômes de conversion.
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
5. Hypocondrie névrotique :
Taux d'invalidité à évaluer en fonction de l'intensité et de la fixité de la plainte : cf. CHAPITRE III.
Section C Troubles de la personnalité
Des événements à caractère traumatique, l'exposition à des situations prolongées pénibles, mais aussi des atteintes à l'intégrité corporelle (maladies, séquelles diverses de blessures, amputations, parfois présence de corps étrangers métalliques – balles, éclats d'obus) sont susceptibles d'entraîner des modifications durables de la personnalité sans tableaux névrotique ni psychotique apparents. Ces manifestations expriment alors une rupture avec le style d'existence antérieure, quelle que soit la forme qu'il ait pu présenter. De telles manifestations se font le plus souvent dans le sens d'une restriction, d'une réduction des capacités du sujet qui, au sein d'un vécu presque toujours douloureux, concourent à l'accentuation progressive de son inadaptation sociale.
L'examen de la personnalité retiendra alors principalement :
– des attitudes régressives et de dépendance affective ;
– une humeur de tonalité dépressive plus ou moins permanente ;
– une répétition des situations d'échec, avec succession d'événements pénibles constituant les étapes d'un processus de désocialisation ;
L'éventualité d'un psychosyndrome chronique, lié à diverses affections organiques, essentiellement cérébrales, sera envisagée en l'absence de critères de démence. Des investigations neuro-psychologiques permettront la mise en évidence d'anomalies parfois non décelables par la clinique.
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
Section D Etats schizophréniques et délires non schizophréniques au long cours
Les affections indemnisables étant supposées séquellaires et fixées, elles sont le plus souvent représentées par des tableaux cliniques issus du groupe des psychoses chroniques (schizophrénies dans leurs aspects classiques ou hallucinatoires). Toutefois, on ne peut plus actuellement retenir l'évolution continue d'un seul tenant comme un critère absolu de diagnostic pour ces états.
Les thérapeutiques bio-psycho-sociales ont fragmenté les évolutions qui peuvent s'observer :
– sur un mode discontinu, avec des manifestations épisodiques de phases processuelles ou moments féconds (dont l'expression clinique est celle d'un état psychotique aigu), entre lesquels la production délirante ou hallucinatoire est très réduite, voire absente ;
– sur un mode hétérogène, avec alternance ou succession dans le temps chez un malade de différents tableaux symptomatiques d'une affection (épisodes catatoniques chez un schizophrène paranoïde, par exemple) ou passage par des formes différentes d'états psychotiques chroniques (par exemple, évolution d'un état paranoïde vers un tableau cicatriciel plus structuré à prédominance interprétative et à thème de persécution prévalent ou inversement, désagrégation d'un délire systématisé dont la formulation devient floue et décousue) ;
– sur un mode périodique, dans certaines formes individualisées sous l'appellation de troubles schizo-affectifs ou schizophrénie à forme dysthymique.
On les classera comme suit au point de vue de leur évaluation fonctionnelle :
– a) psychoses avec conversation de l'activité sociale ;
– b) psychoses entravant manifestement le fonctionnement intellectuel et l'activité, soit par l'évidence des troubles, soit par leur retentissement sur la sociabilité du malade.
La continuité du traitement, tant chimiothérapique que psychothérapique (individuelle, institutionnelle ou sociale), est évidemment l'un des facteurs qui entrent en jeu dans les modalités évolutives. Elle est toutefois d'appréciation délicate et l'expert devra tenir compte :
– du fait que, souvent, l'irrégularité, voire l'absence de traitement ne sont pas liées à une simple négligence de la part du malade mais sont inscrites dans sa symptomatologie même (par exemple, non reconnaissance du caractère morbide des troubles, réticence pathologique, réinterprétation délirante de la thérapeutique dans des thèmes de persécution ou d'empoisonnement) ;
– de l'évolution générale des psychoses chroniques, qui demeure fréquemment péjorative, même sous l'effet d'une thérapeutique correctement conduite et suivie ;
– des effets secondaires marqués de certains traitements (syndrome d'asthénie et de passivité des neuroleptiques d'action prolongée, notamment).
c) psychoses nécessitant un séjour en milieu hospitalier de longue durée, quelles qu'en soient les modalités (hospitalisation libre ou par placement).
L'élément fondamental d'appréciation demeure donc la gêne fonctionnelle et sociale plus que le simple constat d'une symptomatologie productive. Un syndrome hallucinatoire enkysté, une idée délirante tenace mais isolée peuvent être moins handicapants qu'un état d'apragmatisme chez un patient psychotique n'exprimant plus de propos délirants manifestes.
1. Schizophrénies :
– paranoïde ;
– hébéphrénique ;
– catatonique ;
– simple.
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
2. troubles schizo-affectifs :
– maniaque ;
– dépressif ;
– mixte.
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
3. Délires non schizophréniques :
– délire systématisé chronique (paranoïaque ou sensitif) ;
– psychose hallucinatoire chronique ;
– paraplégies.
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
Section E Etats psychotiques aigus
Ces états sont ou transitoires et résolutifs, ou inaugureront une évolution au long cours. Seule cette dernière peut faire l'objet d'une indemnisation.
1° Confusion mentale (quelle qu'en soit l'étiopathogénie).
Evolution vers :
– un état délirant à partir de la persistance d'idées postoniriques (cf. états schizophréniques et états délirants non schizophréniques au long cours) ;
– affaiblissement intellectuel (cf. états démentiels ci-après).
2° Psychoses délirantes aiguës (quelle qu'en soit l'étiopathogénie).
Dans les cas de rechutes fréquentes ou d'évolution défavorable, se reporter à " Etats schizophréniques et états délirants non schizophréniques au long cours " .
Section F Troubles de l'humeur
Un épisode isolé résolutif n'est pas indemnisable.
Si l'évolution devient périodique, on rentre alors dans le cadre des troubles bipolaires périodiques : se reporter à " Dépression ou manie récurrentes " ci-dessous. Si elle s'effectue vers des manifestations thymiques ou délirantes au long cours, se reporter à " Etats schizophréniques et états délirants non schizophréniques au long cours " ci-dessus.
Enfin, certaines manifestations pathologiques de l'humeur, notamment dépressives, sont intégrées dans des troubles de la personnalité et seront donc mieux évaluées à partir de cette rubrique (cf. troubles de la personnalité).
Les troubles de l'humeur comprennent différents aspects :
– 1. Episode (ou état) maniaque ;
– 2. Episode (ou état) dépressif ;
– 3. Etat mixte ;
– 4. Troubles bipolaires périodiques : dépression ou manie récurrentes.
Bien qu'en principe ils ne s'accompagnent pas d'altération durable de la personnalité pendant les phases intercritiques, les troubles périodiques de l'humeur peuvent engendrer une gêne fonctionnelle en raison de l'intensité et/ou de la fréquence des accès, de la résistance éventuelle aux thérapeutiques (dont certaines peuvent être contre-indiquées), enfin de l'évolution à long terme qui parfois peut se faire vers des manifestations thymiques et/ou délirantes au long cours,
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
Section G Etats démentiels
Les troubles observés résultent d'une agression physique directe ou indirecte du cerveau.
La symptomatologie comprend une atteinte globale des fonctions cognitives, principalement de la mémoire, du langage et du jugement. Les altérations du contrôle émotionnel et le retentissement social sont manifestes. Le diagnostic différentiel avec d'autres tableaux, comme une confusion mentale traînante ou une dépression du sujet âgé, doit être effectué soigneusement. Des investigations complémentaires, notamment psychométriques, sont très souvent indispensables, surtout au début de l'affection, où le diagnostic peut être particulièrement difficile.
L'appréciation de l'imputabilité s'effectue en fonction des circonstances étiologiques (traumatismes crâniens, intoxications, infections, misères physiologiques, états de dénutrition prolongés) survenus du fait ou à l'occasion du service.
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
Section H Arriérations mentales
Le quotient intellectuel sera évalué à la fois par des épreuves verbales et non verbales. L'expert mentionnera explicitement la ou les techniques utilisées (qu'il aura choisies et/ou pondérées éventuellement en fonction du contexte culturel).
Les différents niveaux d'arriération sont définis comme suit :
– 1. Arriération légère (Q.I. – 50 à 69) ;
– 2. Arriération modérée (Q.I. – 35 à 49) ;
– 3. Arriération sévère (Q.I. – 20 à 34) ;
– 4. Arriération profonde (Q.I. inférieur à 20).
Taux d'invalidité : cf. CHAPITRE III.
Chapitre III : Indemnisation
L'attribution des pourcentages d'invalidité en matière de troubles psychiques présente d'importantes difficultés de mesure. En général, il est possible de quantifier (par des échelles à intervalles ou ordinales relativement rigoureuses) à un degré d'invalidité dans le domaine somatobiologique proprement dit où l'expert s'appuie sur la notion d'intégrité physique (anatomique, physiologique et fonctionnelle).
A la différence de la législation des accidents du travail, où le pourcentage d'invalidité mesure une diminution ou une perte de capacité de travail, celle des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre traduit, de manière chiffrée, une diminution de l'intégrité physique et générale de l'individu reposant sur une description de la symptomatologie. Une quantification dans le domaine psychopathologique présente des difficultés très spécifiques par rapport aux disciplines chirurgicales ou médicales.
En matière de troubles psychiques, ces pourcentages seront utilisés comme un code. Les éléments de celui-ci constituent une échelle nominale, dont les différents termes reçoivent à la fois une définition précise et explicite, s'appuyant sur des critères simples et généraux définissant le niveau d'altération du fonctionnement existentiel.
Dans cette échelle, en pratique expertale, on peut distinguer six niveaux de troubles de fonctionnement décelables, qui seront évalués comme suit :
– absence de troubles décelables : 0 p. 100 ;
– troubles légers : 20 p. 100 ;
– troubles modérés : 40 p. 100 ;
– troubles intenses : 60 p. 100 ;
– troubles très intenses : 80 p. 100 ;
– destruction psychique totale avec perte de toute capacité existentielle propre, nécessitant une assistance de la société : 100 p. 100.
Une telle définition par critères permet d'indiquer aux experts et à l'administration les conditions minimales requises pour étayer les propositions concernant le taux d'invalidité, ceci permet d'éviter les estimations superficielles et constitue une référence commune à tous les experts ainsi qu'une base d'argumentation suffisamment transparente en cas de désaccord.
Les critères développés ci-dessous correspondent à des situations assez typiques et moyennes reflétant la démarche clinique qui est surtout globalisante et ne procède jamais par des estimations à 5 p. 100 près, mais par niveau de 20 p. 100 sur l'échelle nominale. Ils offrent toute liberté à l'expert pour proposer des pourcentages intermédiaires, dans la mesure où tel cas particulier se situerait entre deux niveaux. L'expert pourra ainsi étayer son avis de manière rigoureuse. Il est précisé que ces pourcentages ne sont pas des repères sur une échelle analogique, étant donné :
– l'hétérogénéité des éléments qui sont compris dans le terme d'intégrité psychique ;
– le fait qu'une évaluation clinique relève d'un jugement et non d'une mesure physique.
En fait, il s'agit de nombres indicatifs du degré de souffrance existentielle. Dans ce sens, un taux de 30 p. 100 ne signifie pas la moitié de 60 p. 100. Ce code particulier correspond à la nécessité d'un instrument d'évaluation utilisable à la fois par l'expert et l'administrateur.
En pratique expertale, les critères constitutifs de l'évaluation de l'invalidité comprendront :
– 1. La souffrance psychique : l'expert l'appréciera à partir de l'importance des troubles, de leur intensité et de leur richesse symptomatique. Cette souffrance est éprouvée consciemment ou non par le sujet et/ou perçue par l'entourage ;
– 2. La répétition : elle s'exprime, au sens psychopathologique, par des troubles au long cours ou rémittents ;
– 3. La perte relative de la capacité relationnelle et le rétrécissement de la liberté existentielle : ce troisième critère, consécutif dans une certaine mesure aux précédents, concerne le mode de relation à autrui et le degré d'inadéquation des conduites aux situations.
Doivent être pris en compte également des critères positifs tels que :
– la capacité de contrôle des affects et des actes ;
– le degré de tolérance à l'angoisse et à la peur ;
– l'aptitude à différer les satisfactions et à tenir compte de l'expérience acquise ;
– les possibilités de créativité, d'orientation personnelle et de projet.
Ces critères sont indépendants de toute spécificité nosographique (nosographie : classification méthodique des maladies). Chacun peut faire l'objet d'une évaluation assez précise, voire d'une vérifiabilité ou d'une prédictivité. C'est la raison pour laquelle les pourcentages d'invalidité sont mentionnés indépendamment des descriptions cliniques.
En cas de pluralité de troubles psychiques imputables, il sera procédé à une évaluation globale du taux d'invalidité du sujet. Le libellé correspondant regroupera la description des différents syndromes et/ou symptômes constitutifs de l'affection ainsi définie.






DESIGNATION DES INFIRMITES


POURCENTAGE
d'invalidité


POURCENTAGE
prévu par les barèmes antérieurs




1887


1915





p. 100


p. 100


p. 100




TITRE IV

OTO-RHINO-LARYNGOLOGIE ET STOMATOLOGIE




FACE







– 1 – Vastes mutilations






Les pourcentages indiqués sont indépendants des pourcentages de défiguration (1) les uns et les autres doivent s'additionner.
(1) Pour la défiguration, voir la rubrique Face au titre Oto-laryngologie et stomatologie.








Perte de l'œil, l'orbite et le maxillaire supérieur d'un côté



80


80




Perte des deux maxillaires supérieurs, avec perte de l'arcade dentaire, de la voûte palatine et du squelette nasal


90 à 100


80


80




Perte du maxillaire inférieur dans la totalité de sa portion dentaire


90 à 100


65





Perte d'un maxillaire supérieur avec communication bucco-nasale et perte de la totalité de l'arc mandibulaire


100


80


80




Perte d'un seul maxillaire supérieur avec conservation de l'autre et conservation de l'arc mandibulaire


70






Perte d'un maxillaire supérieur avec communication bucco-nasale et perte de substance plus ou moins étendue de l'arc mandibulaire


70 à 90


65





(Pour apprécier ce dernier pourcentage, il convient de tenir compte du rapport des portions restantes des deux maxillaires : si elles se correspondent et portent encore des dents, l'invalidité est moindre que s'il n'y a plus concordance des fragments restant des arcades dentaires.)







Dans tous les cas envisagés à ce chapitre, si les lésions cicatricielles ou des pertes de substance de la langue accompagnent les pertes osseuses, le pourcentage doit être porté à 100.







Perte de la mâchoire inférieure en totalité et de la langue



80


80




– 2 – Mutilations limitées







A. Maxillaire supérieur







a. Pseudarthrose







La pseudarthrose du maxillaire supérieur est rare : l'intervention chirurgicale, greffe ostéopériostique, qui donne d'excellents résultats, doit toujours être conseillée.







Grande mobilité de la totalité du maxillaire supérieur (disjonction crâne-faciale), mastication impossible


60 à 80


65





Mobilité d'un fragment plus ou moins étendu du maxillaire supérieur, l'autre portion restant fixe, suivant l'étendue de la portion mobile et la possibilité de mastication


20 à 50






b. Perte de substance







Voûte palatine seule, les arcades dentaires étant conservées, suivant l'étendue et le siège


10 à 30






Voûte palatine et voile du palais


40 à 60


65





Voûte palatine et une portion plus ou moins étendue de l'arcade dentaire, suivant l'étendue de la perte de substance de l'arcade, et l'importance de la communication avec le nez et le sinus maxillaire


30 à 60


65





(A son degré maximum, cette mutilation rejoint la perte totale du maxillaire supérieur.)







Consolidation vicieuse : suivant le degré de l'engrènement des dents restantes et leur valeur de mastication


15 à 30






B. Maxillaire inférieur







a. Pseudarthrose







Vaste perte de substance osseuse, avec pseudarthrose très lâche et perte des dents ; il ne reste qu'une ou deux molaires sans engrènement avec leurs antagonistes


60 à 85


65





Pseudarthrose du corps du maxillaire moins étendue et moins lâche et il reste encore quelques dents sur les moignons permettant une certaine fonction de mastication


40 à 50






Dans ces cas, l'appareillage prothétique n'apporte qu'une amélioration esthétique : la greffe ostéopériostique, seule, apporte une amélioration fonctionnelle en permettant un appareillage utile.







Pseudarthrose du corps du maxillaire peu étendue et serrée suivant le degré de conservation de la force masticatrice et suivant le coefficient dentaire


20 à 40






Pseudarthrose de la branche montante. Grosse perte de substance, pseudarthrose très lâche et déviation du maxillaire. Apprécier le degré de la force masticatrice et du trouble de l'articulé dentaire


20 à 40


65





Pseudarthrose serrée, perte de substance peu importante, faible déviation, mouvements conservés


10 à 20



5 à 10




b. Consolidations vicieuses







Suivant le degré de l'engrènement des dents restantes et leur valeur de mastication


15 à 20






c. Articulation temporo-maxillaire







Ankylose osseuse, immobilisant complètement le maxillaire inférieur, permettant à peine le passage des liquides


100


65





Luxation irréductible : apprécier le degré de gêne fonctionnelle en étudiant les mouvements possibles et l'engrènement dentaire dans l'occlusion maxima


10 à 50



33




Luxation récidivant suivant la fréquence et la gravité des récidives et suivant la gêne fonctionnelle


5 à 20






d. Constriction des mâchoires







Rechercher la cause, lésions musculaires, brides cicatricielles ou constrictions psychiques.







Constriction légère des mâchoires




0




Ouverture permettant le passage des aliments liquides et demi-liquides, ouvertures de 10 millimètres et au-dessous


20 à 60






Ouverture de 10 à 30 millimètres avec possibilité de mastication


5 à 20



20 à 30




Troubles surajoutés par brides cicatricielles labiales entravant l'hygiène buccale, la prononciation et cause d'autres désordres : perte de la salive etc.


20 à 50






e. Langue







Amputation partielle de la langue avec très léger degré de gêne de la parole, de la mastication, de la déglutition


10 à 30






Amputation étendue avec gêne fonctionnelle


35 à 75






Amputation totale


80






Paralysie de la langue, sensibilité et mobilité. (Voir Neuro-psychiatrie, Bulbe et Nerfs crâniens)







f. Voile du palais







Paralysie du voile du palais, (Voir Neuro-psychiatrie, Bulbe et Nerf crâniens)







g. Dents






Rechercher l'origine de la perte des dents. La polycarie et la pyorrhée sont des affections constitutionnelles, leur aggravation est rarement imputable au service. Etudier aussi les conditions de la prothèse et le coefficient de mastication.
La prothèse sera fournie au mutilé toutes les fois qu'elle sera possible et utile.








a. Il reste un coefficient de mastication supérieur à 40 % et la prothèse est possible dans de bonnes conditions (1)


10






b. Coefficient de mastication inférieur à 40 %. Prothèse possible et fonctionnelle bonne (1)


10 à 20






c. Coefficient de mastication supérieur à 40 % mais prothèse difficile et fonctionnellement défectueuse (1)


10 à 20






d. Coefficient de mastication inférieur à 40 % et prothèse fonctionnelle insuffisante


20 à 40






(1) Le coefficient exact de mastication doit être produit, avec production du schéma odontologique.







h. Fistule salivaire







Persistante avec écoulement constant de la salive




10 à 30




Défiguration selon le degré d'importance


10 à 100






NEZ







– 1 – Mutilations extérieures du nez






Les mutilations du nez sont consécutives à des pertes de substances des parties constituantes du nez. Les mutilations de la pyramide nasale sont un des facteurs les plus graves de défiguration et un des plus difficiles à corriger.
Indépendamment des souffrances d'ordre moral et des inconvénients professionnels qui peuvent en résulter, ces mutilations entraînent en règle générale des troubles respiratoires plus ou moins graves, soit en créant par atrésie un obstacle au courant d'air respiratoire, soit, au contraire, en déterminant une largeur anormale des fosses nasales, ce qui rend difficile l'expulsion des sécrétions et des croûtes par mouchage.
On ne saurait envisager ici que les mutilations traumatiques, les mutilations par syphilis tertiaire ou par lupus ne pouvant être imputées au service militaire, en dehors de circonstances étiologiques très spéciales.








Taux d'invalidité






Les chiffres ci-dessous se réfèrent exclusivement aux troubles fonctionnels, la défiguration devant être indemnisée en sus (1).
(1) Exemple : Destruction complète de la pyramide nasale :
1° Défiguration = 60 %
2° Troubles fonctionnels = 40 + 5 %
= 78 %.





Mutilation de l'aile du nez


10






Mutilation de la sous-cloison


10






Mutilation du lobule du nez


10






Destruction de la superstructure du nez (affaissement de la racine du nez) avec intégrité de la peau : possibilité d'opération esthétique suivant l'importance des troubles fonctionnels


15 à 20






Destruction de la superstructure du nez (affaissement de la racine du nez) avec altération du revêtement cutané : difficulté d'opération esthétique


30






Destruction de l'infrastructure du nez (disparition de l'auvent cartilagineux) : grosse difficulté d'opération esthétique


35






Destruction complète de la pyramide nasale


40


65


20 à 30




– 2 – Lésions sténosantes du nez







1° Associées à une mutilation extérieure du nez.







Ajouter aux chiffres précédents :







Sténose unilatérale


5






Sténose bilatérale


10






2° Sans mutilation extérieure du nez :







La plupart de ces sténoses relevant de fractures de la cloison ou de synéchies peuvent être guéries au moyen d'une opération sans danger.







Sténose unilatérale


0 à 10






Sténose bilatérale


0 à 20






– 3 – Anosmie







La perte du sens olfactif peut être due :







1° Soit à un obstacle mécanique qui empêche le passage du courant aérien vers la fente olfactive : anosmie curable par un traitement chirurgical :


0 à 5






2° Soit à une paralysie traumatique du nerf olfactif :

Il s'agit alors d'anosmie incurable


5 à 10






Il est très difficile d'établir la réalité d'une anosmie et encore davantage de fixer ses causes étiologiques, l'infirmité pouvant être antérieure au traumatisme. L'examen, sous l'influence de diverses odeurs, des modifications des mouvements du cœur et de la respiration, enregistrées sur un appareil de Marey, est le seul moyen objectif que nous ayons pour arriver à dépister la simulation.







– 4 – Sinusites







D'une façon générale, les sinusites par projectiles de guerre sont relativement plus graves et plus difficiles à guérir que les sinusites médicales (d'origine nasale ou d'origine dentaire). Elles s'accompagnent en règle générale de lésions d'ostéomyélite et la séquestration de l'os n'est pas rare ; elles se fistulisent souvent à l'extérieur.







Le diagnostic se base sur l'existence d'une suppuration nasale généralement unilatérale, parfois bilatérale tachant les mouchoirs en jaune vert. Le diagnostic du sinus atteint se base sur les données de la rhinoscopie, qui décèle la présence de pus dans le méat moyen ou dans le méat supérieur ; sur les données de la transillumination de la face et sur celles de la radiographie.







1° Sinusites maxillaires. – Ces sinusites guérissent presque à coup sûr par une intervention chirurgicale sans danger.







Taux d'invalidité







Sinusite maxillaire unilatérale


0 à 5






Sinusite maxillaire bilatérale


0 à 10






Ces chiffres doivent être majorés de 5 à 10 % en cas d'ostéite ou de projectile inclus.







2° Sinusites frontales et fronto-ethmoïdales. – Les résultats thérapeutiques sont ici beaucoup plus infidèles et certaines de ces sinusites récidivent après les opérations chirurgicales les mieux conduites. Elles provoquent des céphalées violentes, des troubles de l'état général, peuvent déclencher des complications endocrâniennes graves (abcès du cerveau, méningite). En principe, la sinusite frontale isolée n'existe pas, elle s'accompagne toujours, à quelque degré, d'une infection de l'ethmoïde antérieur.







Taux d'invalidité







Sinusite fronto-ethmoïdale unilatérale


15 à 30






Sinusite fronto-ethmoïdale bilatérale


20 à 40






3° Sinusites sphénoïdales et sphéno-ethmoïdales postérieures. – La sinusite sphénoïdale s'accompagne généralement d'une infection des cellules ethmoïdales postérieures. Cette sinusite sphéno-ethmoïdale est relativement rare, elle peut être l'origine de céphalée rebelle, de troubles oculaires et de complications endo-crâniennes. Sa cure chirurgicale est relativement moins difficile que celle de la sinusite fronto-ethmoïdale.







Taux d'invalidité







Sinusite sphénoïdale unilatérale


10 à 20






Sinusite sphénoïdale bilatérale


20 à 30






– 5 – Crânio-hydrorrhée







L'écoulement par la fosse nasale de liquide céphalo-rachidien peut être la conséquence d'un traumatisme grave ayant fracturé la lame criblée de l'ethmoïde. Le liquide rejeté examiné chimiquement est pauvre en chlorure et ne contient pas de sérum-albumine (à moins d'une réaction méningée surajoutée). Cette affection peut durer plusieurs mois ou même, exceptionnellement, plusieurs années, mais son pronostic est fatal à plus ou moins longue échéance. – Taux d'invalidité


100






– 6 – Rhinites croûteuses post-traumatiques ou par gaz







On n'admettra l'origine traumatique qu'en cas de commémoratifs certains, après avoir exclu l'existence d'un ozène préexistant ou d'une syphilis nasale. Taux d'invalidité suivant l'uni ou la bi-latéralité des lésions


10 à 20





OREILLES








Perte du pavillon sans lésion du conduit auditif




10 à 15




– 1 – Mesure de l'audition au cours de l'expertise






La perte auditive résulte de deux éléments distincts, qui peuvent coexister ou non : la perte de sensibilité, facteur quantitatif, et la perte de sélectivité, facteur qualitatif. Dans le premier cas, le sujet entend et comprend sans suppléance mentale dès que le locuteur élève la voix au-dessus de son seuil d'intelligibilité globale, dans le second, le sujet ne comprend jamais sans effort, quel que soit le niveau d'intensité de la voix du locuteur.
L'évaluation de la perte auditive s'effectue généralement par des procédés dits acoumétriques, ou au cours d'examens dits audiométriques.
Les premiers consistent à déterminer la distance à laquelle est perçue la voix de l'examinateur, ou à mesurer le temps pendant lequel est perçu le son émis par les diapasons. C'est là un mode d'évaluation simple, rapide, ne nécessitant qu'une installation rudimentaire, mais donnant lieu à de nombreuses critiques en raison de ses imperfections susceptibles d'entraîner des erreurs d'appréciation : importance de l'ambiance sonore, difficulté pour l'expert d'éviter le réflexe d'élévation de la voix quand il s'éloigne du patient, articulation des mots variables avec chaque examinateur…
L'audiométrie radio-électrique permet une précision bien supérieure et une appréciation uniforme d'une même hypoacousie quel que soit le médecin. L'audiométrie tonale recherche les seuils minimaux d'audition par voie aérienne et par voie osseuse de sons purs émis dans toute l'étendue du spectre fréquentiel. Ces seuils relevés sont transcrits sur un graphique. L'audiométrie vocale apprécie l'audition de mots ou de phrases ; elle étudie l'intelligibilité du langage et évalue donc plus précisément la valeur sociale de la surdité ; une courbe visualise les résultats obtenus.
Il existe en principe une correspondance parfaite entre les données de l'acoumétrie et celles de l'audiométrie. En pratique cependant, en raison des imperfections ou des difficultés de l'acoumétrie, certaines discordances peuvent apparaître.
Compte tenu des indications générales ci-dessus exposées, la question se pose de savoir quelle méthode utiliser, acoumétrique ou audiométrique.
Lorsqu'il s'agit d'un premier examen de l'appareil auditif pour un malade jamais encore expertisé dans ce domaine (1), ou lorsqu'il s'agit d'un invalide atteint de surdité absolue des deux oreilles devant entraîner un pourcentage d'indemnisation de 100 % ou encore dans les cas d'hypoacousie importante un audiogramme sera obligatoirement pratiqué – et joint au dossier – concurremment à la mesure de la voix haute et de la voix chuchotée.
Dans les autres cas, par exemple lors du renouvellement d'une pension pour hypoacousie faible déjà appréciée une première fois par audiométrie, l'acoumétrie pourra être utilisée seule.
En cas de discordance entre les mesures acoumétriques et audiométriques, seules seront retenues les dernières, contrôlées éventuellement par des épreuves complémentaires telles que les épreuves de Carhart, de Stenger, d'Azzi (ou de la voix retardée).








(1) Et en particulier, lorsqu'il s'agit de se prononcer sur la relation entre des troubles auditifs et une thérapeutique.




– 2 – Pourcentage de l'invalidité







L'évaluation de l'invalidité entraînée par la diminution de l'acuité auditive sera faite à l'aide du tableau à double entrée ci-après qui se lit comme une table de Pythagore.







Il faut entendre par VH et VC la distance en mètres à laquelle sont compris 50 % des mots dissyllabiques émis en voix haute normale, ou en voix chuchotée (après expiration normale).







Le rapport VC/VH qui est retenu est celui de l'entendant normal, soit 1/10. Toutefois, ce rapport variant selon le type de la lésion de 1 à 1/100, en cas de discordance entre ces deux mesures, seule l'audition de la voix haute sera retenue pour l'évaluation de la gêne fonctionnelle.







La PA (perte auditive moyenne en dB) sera obtenue en établissant pour chaque oreille la moyenne pondérée des seuils aéro-tympaniques, exprimés en décibels au-dessus des seuils normaux, sur les trois fréquences 500, 1 000 et 2 000 Hz, le seuil sur la fréquence 1 000 Hz étant assorti d'un poids double. Elle est donc calculée de la manière suivante :







PA – (500) + 2 (1 000) + (2 000) / 4







Quand pour une même hypoacousie, deux taux sont mentionnés, le plus faible correspond à celui de la surdité améliorable par l'audioprothèse.






Pour tenir compte des pertes de sélectivité importantes qui peuvent être la conséquence d'une atteinte post-traumatique ou toxique, ces taux seront majorés de 10 lorsque, pour la meilleure oreille (celle dont la PA est la moins accentuée), la différence des seuils d'audition sur les fréquences 4 000 et 1 000 Hz (4 000 – 1 000) est égale ou supérieure à 50 dB, à la condition toutefois que la perte auditive moyenne en dB (PA) de la meilleure oreille soit inférieure à 60 dB, car la gêne fonctionnelle qui résulte d'une perte de sensibilité supérieure n'est que fort peu aggravée par la perte de sélectivité.
Tous ces taux d'indemnisation de l'invalidité entraînée par la diminution de l'acuité auditive sont indépendants de ceux que peut déterminer l'existence de vertiges, de bourdonnements ou de suppuration qui, dûment constatés, doivent faire l'objet d'évaluations séparées.















AUDITION NORMALE


1er DEGRÉ


2e DEGRÉ


3e DEGRÉ


4e DEGRÉ




Faible


Fort


Faible


Fort




TABLEAU D'ÉVALUATION DES DIMINUTIONS D'ACUITÉ AUDITIVE


VH > 9 m


VH de 9 m à > 3 m


VH de 3 m à > 1 m


VH de 1 m à > 0,30 m


VH de 0,30 m à > 0,10 m


VH de 0,10 m à contact


VH non perçue




VC > 0,90 m


VC de 0,90 m à > 0,30 m


VC de 0,30 m à > 0,10 m


VC de 0,10 m au voisinage du pavillon


VC voisinage du pavillon ou non perçue






PA en dB.

0 à 29


PA en dB.

30 à 39


PA en dB.

40 à 49


PA en dB.

50 à 59


PA en dB.

60 à 69


PA en dB.

70 à 79


PA en dB.

80 et au-dessus




Audition normale


VH > 9 m


VC > 0,90 m


PA en dB.

0 à 29


0


2


4


7


10


12


15




1er degré


Faible


VH de 9 m à > 3 m


VC de 0,90 m à > 0,30 m


PA en dB.

30 à 39


2


5


10


15


20


25


30




Fort


VH de 3 m à > 1 m


VC de 0,30 m à > 0,10 m


PA en dB.

40 à 49


4


10


15


25


30


35


40




2e degré


Faible


VH de 1 m à > 0,30 m


VC de 0,10 m au voisinage du pavillon


PA en dB.

50 à 59


7


15


25


35

30


40

35


45

40


55

50




Fort


VH de 0,30 m à > 0,10 m


VC voisinage du pavillon ou non perçue


PA en dB.

60 à 69


10


20


30


40

35


50

45


60

55


70

65




3e degré


VH de 0,10 m à contact



PA en dB.

70 à 79


12


25


35


45

40


60

55


75

70


85

80




4e degré


VH non perçue



PA en dB.

80 et au-dessus


15


30


40


55

50


70

65


85

80


100










DÉSIGNATION DES INFIRMITÉS


POURCENTAGE
d'invalidité


POURCENTAGE
prévu par les barèmes antérieurs




1887


1915




p. 100


p. 100


p. 100




A) Lésions unilatérales







Oreille dure d'un côté




10




Surdité d'une seule oreille, sans bourdonnements ou vertiges




10 à 15




Surdité d'une seule oreille, avec bourdonnements ou vertiges




30



Ecoulement suppuré d'oreille.
Il s'agit ici d'une maladie (carie osseuse), et non d'une infirmité. Sujette à des complications graves, elle demande à être soignée ; l'audition est presque toujours atteinte, parfois d'une façon irrémédiable ; l'incapacité qui en résulte est variable et peut osciller de





20 à 50




B) Lésions bilatérales







Dureté des deux oreilles




10 à 15




Dureté d'une oreille et surdité de l'autre




25 à 30




Surdité bilatérale



65


50




– 3 – Vertiges d'origine auriculaire







L'appréciation de l'invalidité provoquée par les vertiges est un problème des plus délicats.






Les vertiges sont, en effet, des troubles souvent subjectifs, qui mettent en cause le degré de sincérité du malade, son coefficient d'émotivité et de pusillanimité.
Etant donné la difficulté qu'il y a souvent à rattacher les vertiges à une cause vestibulaire, la complexité des facteurs qui peuvent déterminer l'altération labyrinthique, il importe de procéder à l'examen méthodique et approfondi comportant :
a. Interrogatoire sur le caractère du vertige, sa date d'apparition, son évolution, ses symptômes associés ;
b. L'examen des grandes fonctions de l'organisme : étude des troubles cardiovasculaires, rénaux, gastrohépatiques, etc., la recherche des stigmates, des infections chroniques ou maladies diathésiques ;
c. L'examen otoscopique et l'examen de la fonction auditive ;
d. L'examen vestibulaire à l'aide des épreuves labyrinthiques.
Ce n'est que par l'étude serrée des anamnestiques, des symptômes associés et des réponses aux épreuves labyrinthiques que l'on pourra souvent préciser le diagnostic de vertige.
Le vertige auriculaire est " systématisé " , c'est-à-dire s'accompagne de sensations de rotation dans un plan défini, soit des objets extérieurs, soit du sujet lui-même. Il existe quelquefois, des troubles objectifs de déséquilibre (chute, démarche oscillante, Romberg positif), et dans presque tous les cas des signes objectifs, tantôt évidents, tantôt discrets, altérations du tympan, lésions de la trompe, foyers d'ostéite de la caisse, troubles spontanés ou provoqués par l'excitation artificielle du labyrinthe, susceptibles d'authentifier la réalité du vertige.
La négativité des épreuves vestibulaires permet de conclure à l'absence d'altérations graves du labyrinthe et, en tout cas, à la légèreté de l'atteinte labyrinthique.
En matière de traumatisme, il faut noter que les vertiges ont une tendance normale à diminuer d'intensité et de fréquence au fur et à mesure qu'ils s'éloignent de l'accident. Ils ne doivent donc pas être l'objet d'une évaluation définitive d'emblée.
Les vertiges, dus à un processus irritatif, toxique ou infectieux, sont également susceptibles d'amélioration ou de guérison. Ils ne doivent être considérés comme définitifs qu'après une observation prolongée.
Pour apprécier le degré d'invalidité, on tiendra compte de :
La fréquence des vertiges ;
L'intensité des vertiges ;
Les résultats de l'examen objectif et fonctionnel de l'oreille.








Leur taux sera estimé suivant l'intensité et la fréquence des accès, de


10 à 50






– 4 – Bourdonnements






Les mêmes considérations s'appliquent aux bourdonnements dont les variétés sont nombreuses et reconnaissent en général pour cause une irritation de l'oreille interne.
Celle-ci peut dépendre :
a. D'une lésion de l'oreille externe (cérumen, corps étrangers comprimant le tympan, les osselets et le liquide endolymphatique) ;
b. D'une lésion de l'oreille moyenne (épanchement, otite cicatricielle, otite sèche) ou lésions de la trompe, agissant suivant le même mécanisme.
c. Lésion de l'oreille interne (troubles circulatoires, anémie, congestions, maladies générales, artériosclérose, etc.).
Dans les lésions du conduit auditif, dans les lésions inflammatoires et les traumatismes de l'oreille moyenne, les acouphènes ne sont jamais durables ; leur intensité est modérée. La guérison rapide est la règle.
Au contraire, dans l'otite chronique moyenne sèche, dans l'otospongiose et, surtout dans les labyrinthites ou neurolabyrinthites, les bourdonnements peuvent durer plusieurs années avec une intensité plus ou moins constante.








Ceux-là seuls méritent d'être l'objet d'une indemnisation qui, suivant leur gravité (durée, intensité, retentissement sur l'état général, moral et psychique), variera de


10 à 30






Il est rappelé à propos de ces troubles que si leur appréciation objective demeure fort difficile, la constatation de lésions cochléaires et la mise en évidence de " recrutement " par les épreuves d'audiométrie tonale appropriées sont en faveur de leur existence réelle ; les bourdonnements étant admis, la fixation du pourcentage d'invalidité s'appuiera sur le bilan anatomoclinique ; ce pourcentage ne peut être inférieur à 10.







– 5 – Otorrhées chroniques






Il y a lieu de prévoir l'indemnisation de l'écoulement d'oreille passé à l'état chronique.
Actuellement, l'otorrhée n'ouvre droit à pension que si elle est symptomatique d'ostéite du temporal.
Il convient d'être plus explicite et d'affecter aux otorrhées un pourcentage différent suivant qu'elles appartiennent à l'une ou l'autre des catégories suivantes :
a. Otorrhée muqueuse caractérisée par un écoulement intermittent, plus ou moins abondant, mucopurulent, sortant par une perforation tympanique de siège généralement antéro-inférieur.
Cette suppuration est fonction d'une infection légère de la muqueuse tubotympanique, sans atteinte de l'os.
Les malades se " mouchent par l'oreille " .








L'indemnisation pourra osciller entre


5 à 10





s'il est reconnu que l'otite s'est déclarée ou a été aggravée au cours ou à l'occasion du service.
Elle sera toujours temporaire, cette variété d'otite ayant tendance à guérir spontanément ou sous l'influence du traitement.
b. Otorrhée d'origine ostéitique : (ostéite des osselets ou des parois de la caisse), caractérisée par des sécrétions plus ou moins abondantes, souvent fétides, émises à travers des perforations occupant en général la région postérieure du tympan.
Deux types extrêmes :
1° Destruction plus ou moins large du tympan, avec conservation relative ou destruction du marteau et de l'enclume, fond de caisse bourgeonnant, polypoïde et parfois présence de cholestéatome ;
2° Perforations hautes de la membrane de Schrapnell en rapport avec une suppuration de l'attique ; souvent peu suppurantes et masquées par une croûtelle.







Dans l'un et l'autre cas, quel que soit l'état de l'audition. Il y a lieu à indemnisation variant de

10 à 30





suivant les caractères de l'écoulement (abondance, fétidité) et la gravité apparente des lésions et leur uni ou bilatéralité.
Cette indemnisation n'est justifiée que si l'otite a été incontestablement causée ou aggravée au cours ou à l'occasion du service.
En ce qui concerne l'évidement pétro-mastoïdien ayant nécessité une large dénudation méningée, il est indiqué que les spécialistes sont d'accord pour dire que la perte de substance osseuse consécutive à l'évidement pétro-mastoïdien curatif, ne saurait être interprétée comme une trépanation que dans les cas exceptionnels d'ouverture large de la boite crânienne pour traiter certaines complications encéphaliques. Aucune indemnisation propre n'est prévue dans l'immense majorité des cas. Seule la brèche crânienne créée dans les cas précités de dénudation méningée sera évaluée comme prévu au chapitre VII, Crâne, du titre III Neuro-psychiatrie.








– 6 – Centres de rééducation







Il y a lieu de prévoir pour les grands sourds bilatéraux, dont la déficience auditive ne peut être relevée par les appareils acoustiques, la possibilité d'être instruits de la lecture sur lèvres dans les centres pourvus de médecins spécialisés.






LARYNX-TRACHÉE







Les affections contractées ou aggravées en service qui intéressent le larynx et peuvent gêner son fonctionnement, tant respiratoire que phonatoire, proviennent de trois ordres de cause :
1° Le larynx peut être atteint d'une affection médicale des voies aériennes : laryngite chronique, due soit à une infection acquise au service, soit à une affection antérieure, mais aggravée manifestement par les conditions du service. Au point de vue nosologique, ce sera soit une laryngite chronique banale, soit une affection spécifique : tuberculose du larynx ;
2° Les gaz toxiques, et principalement l'ypérite, ont, par leur causticité, attaqué les voies respiratoires, et particulièrement le larynx, siège d'élection des brûlures par gaz, à cause du rétrécissement normal de la glotte et de ses contractions spasmodiques de défense.
L'intoxication par gaz massive et diffuse a souvent amené la mort par asphyxie (œdème de la glotte). Localement grave, elle a pu amener des brûlures avec suffusions sanguines, œdème et secondairement des ulcérations et escarres profondes, dont la cicatrisation défectueuse se traduit par des déformations, des sténoses troublant la fonction laryngée. On peut admettre, en outre, qu'un larynx brûlé par les gaz offre une moindre résistance à l'infection tuberculeuse et que, dans certains cas, la tuberculose laryngée peut reconnaître comme cause prédisposante une intoxication par gaz ;
3° Enfin, les lésions traumatiques du larynx sont dues, ou bien à l'atteinte directe de l'organe par un projectile transfixiant (balle, éclat d'obus), rarement par une arme blanche ou un corps contondant, ou bien à l'atteinte indirecte par des compressions (ébranlements, explosions), ou bien encore à des causes traumatiques externes (paralysies par section ou compression des nerfs moteurs laryngés).
Les séquelles laryngées portent atteinte à la double fonction de l'organe : respiratoire, dont l'importance vitale devra faire accorder aux sténosés et trachéotomisés le taux de pension des grands mutilés ; phonatoire, dont le trouble plus ou moins grand amènera une infirmité pénible à des degrés divers.
L'examen laryngoscopique montrera des lésions qui s'étendent depuis les altérations de la muqueuse seule dans les laryngites catarrhales ou tuberculeuses au début, jusqu'aux grandes déformations et cicatrices sténosantes dues aux brûlures profondes et aux destructions cartilagineuses, localisées ou subtotales, et ayant alors nécessité des laryngotomies ou trachéotomies permanentes. Des déformations extérieures, brides cicatricielles du cou, peuvent s'y ajouter.








– 1 – Laryngites chroniques simples







Elles sont caractérisées par la toux et des troubles vocaux intermittents ou permanents, allant depuis la voix éraillée mais sonore jusqu'au chuchotement. Pas de dyspnée. Ces cas nécessitent une attention particulière, car une laryngite aiguë ne passe généralement pas à la chronicité si des causes étrangères (excès de tabac, alcool, syphilis) ne viennent pas se surajouter. Rien ne caractérise au miroir ces laryngites : congestion de la muqueuse laryngée et trachéale, épaississement des cordes sans ulcération. Les pachydermites, nodules vocaux, polypes, ne semblent pas pouvoir être rapportés à une laryngite acquise en campagne ou au service. Dans les cas où l'origine en service est indiscutable, selon le degré de dysphonie


5 à 10






– 2 – Laryngites chez les gazés







Le diagnostic de laryngite par gaz est difficile à justifier tardivement à moins de commémoratifs certains. Il est utile de chercher des lésions broncho-pulmonaires concomitantes. On trouvera la plus souvent des lésions de laryngite diffuse congestive prédominant à la glotte ou des cordes amincies, détendues, s'accolant mal et masquées par des bandes ventriculaires épaisses qui jouent un rôle de suppléance.







Selon la dysphonie


10 à 30






Il peut exister des paralysies musculaires (voir Paralysie) et, dans les cas graves, des cicatrices avec palmature et sténose glottique avec dyspnée (voir Traumatismes).







– 3 – Tuberculose du larynx






Comme il a été dit précédemment, elle a pu apparaître au cours du service ou exister antérieurement sous une forme torpide et être réveillée et aggravée par les fatigues et infections banales intercurrentes, ou encore apparaître tardivement sur un larynx déjà atteint par les gaz ou un traumatisme.
Il est souvent difficile de pouvoir rapporter sûrement cette tuberculose à une origine en service et on devra chercher les commémoratifs, l'état des poumons et des crachats. Cliniquement, on doit distinguer une phase de début où l'organe ne présente pas encore de lésions caractéristiques, mais où son aspect doit faire suspecter une tuberculose latente : pâleur des muqueuses, cordes dépolies, inégales, rosées irrégulièrement, se contractant faiblement : c'est la laryngite catarrhale suspecte.
La tuberculose caractérisée montre surtout des lésions des cordes et de la commissure postérieure : cordite uni ou bilatérale (infiltration diffuse, aspect boudiné, ulcérations en coup d'ongle ou dent de scie. infiltration interaryténoidienne, velvétique, puis végétante masquant une ulcération). Parfois, le type végétant domine même sur les cordes. Les troubles fonctionnels ne sont encore que phonatoires.







Si les lésions s'étendent au pourtour du vestibule laryngé : aryténoïde, épiglotte, repli aryépiglottique sous forme d'infiltration d'abord puis d'ulcération, la dysphagie apparaît amenant vite une atteinte grave de l'état général.
Plus rarement, infiltration et végétations peuvent obstruer la glotte, la dyspnée apparaît dans l'effort, puis devient permanente et peut nécessiter la trachéotomie.
En pratique, la tuberculose du larynx accompagne une atteinte du poumon, mais elle doit être évaluée à part. Dans le cas de tuberculose pulmonaire donnant un taux de 100 %, c'est en suspension que s'ajoutera le pourcentage des troubles laryngés.
On évaluera :








Laryngite catarrhale suspecte


15 à 20






Tuberculose laryngée avec dysphonie seule (cordite)


20 à 40


65





Tuberculose laryngée avec dysphagie (aryténoïde-épiglotte)


40 à 60





Tuberculose laryngée avec dyspnée continue


50 à 80





Tuberculose laryngée avec dyspnée avec trachéotomie


100





– 4 – Paralysies laryngées







Relèvent de deux causes :






1. Pas de traumatisme, mais paralysie musculaire atteignant surtout les thyroaryténoïdiens internes, interaryténoïdiens, etc., et laissant un orifice anormal en phonation (glotte triangulaire, ovale, en sablier) par mauvais accolement des cordes. Cette myopathie est due à une brûlure ancienne par gaz (commémoratifs) ou au début d'une tuberculose (pâleur des muqueuses).
La dysphonie consécutive entrera en compte pour le pourcentage de la laryngite par gaz ou tuberculeuse.
2. Traumatique : section ou compression du pneumogastrique ou du récurrent, isolément ou avec les nerfs voisins (voir plus loin).








– 5 – Lésions traumatiques du larynx






Ce sont surtout des fractures de la coque cartilagineuse du larynx (cricoïde, lames thyroïdiennes) par projectile perforant, par choc direct ou compression. Elles laissent des cicatrices vicieuses, déformantes et souvent sténosantes : siégeant surtout à la glotte, souvent à la région sous-glottique et même trachéale, provoquant dysphonie et dyspnée.
Il est difficile de grouper tous les types qui peuvent se rencontrer. On pourra voir des :








a. Lésions limitées à l'endolarynx (relevant aussi parfois d'ulcération par ypérite)






Synéchie de la région antérieure des cordes (palmature).
Destruction partielle ou totale d'une ou deux cordes remplacées par bride fibreuse.
Immobilisation d'un aryténoïde et de la corde par ankylose cicatricielle.
La dysphonie est marquée avec un peu de dyspnée d'effort.








b. Lésions plus graves secondaires à une fracture cartilagineuse






On voit rarement des fistules de périchondrite, mais :
Palmature étendue aux deux tiers des cordes.
Sténose sous-glottlique (cricoïdienne) bivalvulaire ou annulaire, épaisse et laissant un minime pertuis respiratoire.
Diaphragme médian sous-glottique.








c. Infiltration diffuse cicatricielle occupant une grande hauteur






Les grands traumatismes ont été traités souvent par laryngostomie et dilatation caoutchoutée. Dans les cas favorables, une opération plastique a pu refermer la stomie. Il persiste une dysphonie marquée avec dyspnée variable.
Si la charpente cartilagineuse a été trop mutilée, il s'est produit un affaissement du larynx ; si la dilatation a été insuffisante, le blessé devra garder une laryngostomie, plus souvent une canule de trachéotomie : il doit être considéré comme grand mutilé.
On devra attirer l'attention sur le retentissement de la mauvaise respiration, sur l'état pulmonaire.
On évaluera :








Dysphonie seule


5 à 20